Dino-Campana[1]

 

Bâtiment en voyage

(anciennement : Fragment)

 

Le mât oscille par touches dans le silence.

Une lumière ténue blanche et verte tombe du mât.

Le ciel limpide à l’horizon, chargé vert et doré après la bourrasque.

Le cadre blanc de la lanterne en haut

Illumine le secret nocturne ; depuis la fenêtre

Les cordages d’en haut à triangle d’or

Et un globe blanc de fumée

qui n’existe pas comme musique

Au-dessus du cercle avec les touches de l’eau en sourdine.

 

Traduit de l’italien par Irène Gayraud et Christophe Mileschi

In, Dino Campana : « Chants orphiques et autres poèmes »,

édition bilingue.

Editions Points, 2016

Du même auteur :

Gênes / Genova (20/08/2017)

La Chimère / La Chimera (20/08/2018) 

Poésie facile / Poesia facile (20/08/2019)

Jardin automnal (Florence) / Giardino autunnale (Firenze) (20/02/2020)

 

 

Bastimento in viaggio

(già : Frammento)

 

L’albero oscilla a tocchi nel silenzio.

Una tenue luce bianca e verde cade dall’albero.

Il cielo limpido all’orizzonte, carico verde e dorato dopo la burrasca.

Il quadro bianco della lanterna in alto

Illumina il segreto notturno : dalla finestra

Le corde dall’alto a triangolo d’oro

E un globo bianco di fumo

Che non esiste come musica

Sopra del cerchio coi tocchi dell’acqua in sordina.

 

Poème précédent en italien :

Eugenio Montale : Bateaux sur la Marne / Bache sulla Marna (14/08/2020)

Poème suivant en italien :

Alfonso Gatto : Et tu m’écouteras / E tu m'ascolterai  (27/08/2020)