oscarhahn2600_1797[1]

 

Le corps interroge l’âme

 

Te souviendras-tu de moi après ma mort ?

Te souviendras-tu du visage que tu avais

lorsque tu habitais ma chair et que j’étais

la demeure de tes nuits et de tes jours ?

 

Libérée du temps et de l’espace

à quel moment te languiras-tu de moi ?

et dans quel lieu prendras-tu le temps de te souvenir

de l’amour avec son miel et ses poisons ?

 

Âme qui te dissous dans le tout

quand perdue dans l’incommensurable

tu penseras à moi  je serai cendres

 

Tu regretteras mon cœur de boue

et désireras impudique et soumise

être de nouveau matière périssable

 

Traduit de l’espagnol par Josiane Gourinchas

In, Oscar Hahn : "Peine de vie et autres poèmes"

Cheyne éditeur, 43400 Le Chambon-sur-Lignon, 2016

Du même auteur : Voyageant avec moi-même / Viajando conmigo (29/05/2021)

 

El cuerpo le pregunta al alma

 

¿Te acordarás de mí cuando me muera?

¿Recordarás la cara que tenías

cuando habitabas en mi carne y yo era

morada de tus noches y tus días?

 

Liberada del tiempo y del espacio

¿en qué momento me echarás de menos?

¿y en qué lugar recordarás despacio

al amor con su miel y sus venenos?

 

Alma que te disuelves en el todo

cuando perdida en lo inconmensurable

sueñes conmigo yo seré ceniza

 

Extrañarás mi corazón de lodo

y anhelarás impúdica y sumisa

ser otra vez materia deleznable

 

 

Apariciones profanas,

LOM Ediciones, Santiago (Chili), 2002 / Ediciones Hiperión, Madrid (Espagne), 2002

Poème précédent en espagnol :

Francisco Brines : « Le balcon donne sur le jardin... »  / « El balcón da al jardín... » (11/05/2020)

Poème suivant en espagnol :

Olvido Garcia Valdés (1950 -) : « Sur le point de se briser... » / « A punto de quebrarse... » (01/08/2020)