119177056_1_

 

Plainte vernale

Air : « LesMagnolias. Version abrégée »

 

 

Je marche seule, je m’assois seule,

Je chante seule et seule reprends en chœur, seule encore je m’allonge.

Un long moment debout, l’esprit ennuyé,

Rien à faire contre le froid léger qui effleure...

 

Un tel émoi, qui le verra ?

Mes larmes lavent le fard qui déjà s’efface à demi,

Tristesse et maladies se succèdent,

J’ai coupé toutes les mèches des lampes, mon rêve n’est pas venu.

 

Traduit du chinois par Stéphane Feuillas

in, « Anthologie de la poésie chinoise »

Editions Gallimard (La Pléiade), 2015

De la même auteure :

Sur l’air « Sheng tsa tse » (15/01/2017)

Touchée par les paroles d’un fermier pendant les chaleurs sèches (15/01/2018)

En regardant voler les couples d’hirondelles (15/01/2019)