POSTE_1958_26a22a22a1414612966_1_

 

Comme on passe en été le torrent sans danger,

Qui soulait (*) en hiver être roi de la plaine,

Et ravir par les champs d’une fuite hautaine

L’espoir du laboureur et l’espoir du berger :

 

 

Comme on voit les couards animaux outrager

Le courageux lion gisant dessus l’arène,

Ensanglanter leurs dents, et d’une audace vaine

Provoquer l’ennemi qui ne se peut venger :

 

 

Et comme devant Troie on vit des Grecs encor

Braver les moins vaillants autour du corps d’Hector :

Ainsi ceux qui jadis soulaient, à tête basse,

 

 

Du triomphe romain la gloire accompagner,

Sur ces poudreux tombeaux exercent leur audace,

Et osent les vaincus les vainqueurs dédaigner.

 

 

(*) soulait : avait l’habitude de

 

Les Antiquités de Rome

Frédéric Morel, l'Ancien, imprimeur, 1558

Du même auteur :

« Heureux qui comme Ulysse… » (09/08/2014)

« Déjà la nuit en son parc… » (09/08/2015)

« Las où est maintenant ce mépris de Fortune ? » (09/08/2016)

« J'aime la liberté… » (09/08/2017)

D’un vanneur de blé aux vents (09/08/2018)