48_1_

 

Illusion

 

La vie est morne et combien grise

Et monotone ; rien n’irise

Sa nuit opaque : l’Action.

Victime de rêve, vision

Irréelle – qu’importe ! – exquise

 

Berce-moi sainte illusion

 

Accours illusion féconde

Viens recréer pour moi le monde,

Ce monde bête où je meurs,

Buveur de sang, buveur de pleurs

Sur qui le crime hurle et gronde,

 

Trompe illusion mes rancoeurs

 

Endors, Illusion sublime

L’ennui, cet indicible abîme,

- Ennui sombre qui me poursuis ! –

Et dans mes implacables nuits

Guidant mon âme cers la Cime

 

Belle Etoile – Illusion luis !

 

Oeuvres complètes, T.2, Poésies

Editions Gallimard, 1977

Du même auteur :

Je n’ai pas peur du vent (08/08/2014)

Sacre et massacre de l’amour (08/08/20/15) 

Le vent d’après / le vent d’avant (08/08/2016)

Chassé – croisé du coma (08/08/2017)

Le fils de l’os parle (08/08/2018)