humeau_original_1_

 

Prière pour délier les sources d’oraison

 

 

Petite source que tu saignes au ventre de la colline

 

O ma source qui te mire à l’envers des pierres où la veine fuit dans le creux des

     arbres

 

Toi la source qui gronde en tes bouillons de grottes à faire chanter les orgues

 

Petite source au caprice des argiles qui te dévorent en leur porosité

 

Je t’appelle à délivrer la terre meulière

 

Par la vertu des coudriers qui mentent comme ils tremblent de désirs

 

Par le charme des aiguillettes nouées aux branches de saule

 

Par la souche des oliviers qui piétinent ton tertre futur des lancettes argentées

     de leur feuillage

 

Par les touffes de lavandin qui chantent aux amandiers ton apparition sous le

     plumet des roseaux

 

Il est temps que tu sourdes

 

Pour les sauges, les thyms, les verveines et toute la tribu des graminées 

     empiffrant les abeilles qui halètent

 

Pour la chaleur du bois de pin qui crisse de cigales sur les aiguilles rousses de

     ta couronne

 

Pour la tête feuillue des mûriers dans l’abondance des noirs papillons qui

     savourent ton approche

 

Je prie le Dieu sec et cireux des grandes terres assoiffées

 

Qu’une petite source délie les eaux prisonnières du déboisement

 

Et qu’en se déliant les fontaines reçoivent le bras d’eau glacé libérant la

     saison atrachèle au déduit des griffons

 

Je dis par l’évocation des Saints Pancrace, Jeannet, Elzéard, Julien, Firmin,

     Honorat, plantés entre l’Asse et la Bléone au langage des hommes

 

Que les eaux des Bronzets, des Allemands, des Pardigons, des Exubis, de

     Vaurichard, de la Fouile et des Paurilles affluent au lit de la Rancure

 

Que les eaux du Vaudonnier, des Cardaires avec l’ Embruissier et jusqu’en

     Rabette de Metzel rejoignent les compagnes de l’Asse

 

Et je vais écouter le premier filet auréolant l’évier que je lèche en l’attente d’un

     doigt aimé.

 

Le tambourinaire des sources

Guy Chambelland / Librairie Saint-Germain-des-Prés éditeurs,

(Poésie-Club), 1970

Du même auteur : 

Pavane de l’autre nature (18/04/2015)

L’Auberdière explose (14/06/2017)