Photo_Jean_Mambrino_prise_28_septembre_1994_0_730_486_1_

 Clairière

........................................

 

67

 

et là-bas toujours le cercle du soir

                                                         entre les arbres

          la clairière blanche

     le silence entre deux battements

               du temps     du corps immense

quand l’épaisseur des branches

          efface jusqu’au souvenir des montagnes

                    plus légères que les rêves

     où la mort pourtant chemine à l’infini

                         sur le chemin de ronde

 

la clôture des rayons

          que le jour dissimule

                et que nacre la nuit

le nid d’un éclair plus fragile

     que le cri de bonheur de ce petit enfant

          depuis longtemps oublié      

lorsqu’au bord du fourré

                                             il écarta les branches

le blanc que l’esprit traverse

     pour franchir l’estampe des apparences

          et découvrir     derrière la fumée

les mêmes montagnes mais différentes

          la même très fine forêt  

 

La même et différente

                         étrangement

     attentive sous le givre et la brume

aux métamorphoses de l’air blanc-obscur

autour des passages     des glissements

               d’une ouverture à une autre ouverture

     d’une vie à une autre vie

          la même et différente     jusqu’à l’

                    impossible lisière

 

mais il suffit d’écarter les branches

          et la clairière est là

               remplie par le lent crépuscule

     où il est facile de délier

                                             les lucioles     les regards

de s’effacer devant les souvenirs

                                                             du vent

          le vent sans souvenir qui efface la fuite

                               à l’infini du songe

 

pourquoi cette figure     mandala

                         de la carence

                                   qui achève

                    de la faille qui accomplit

 

le rideau des branches est retombé

     entre deux battements

                                        du temps     du corps immense

 

                la clairière est notre oubli

 

68

 

 

Il y a

 

               le souffle qui monte

 

          la respiration du monde

 

                                        en toute poitrine

 

               le souffle         l’espace de l’herbe

 

                                                                      qui s’ouvre  

 

               lentement                 immobile          offert  

 

          l’herbe aussi profonde que la lumière

 

                   qui attire et libère            lentement

 

               qui rassemble           partage la lumière

 

          qui l’attire          l’enferme

 

                            lentement immobile

 

                                          la libère

 

l’or de l’herbe et de l’ombre

 

          la transparence

 

                            source de la nuit

 

la transparence sur nos yeux

 

                                  ouvrant la nuit

 

l’herbe aussi claire que la nuit

 

                 très pauvre          ayant perdu même

 

                                           son odeur avec les pluies

 

mais dans la forêt la pluie tisse

 

                             une forêt seconde

 

          prépare la transparence

 

          éveille au bord des mares

 

                            laîches et roseaux

 

                 égrise ces cailloux d’enfant

 

                          souvenir d’un chemin en silence

 

 

 

il y a

 

               la fraîcheur de l’ouverture

 

                                   toujours neuve

 

l’odeur de la résine à travers le cristal

 

               l’instant       la merveille qui persiste

 

          le poids du jour contre le cœur

 

et l’offrande qui persiste        quand un cri léger

 

                                    traverse la clairière

 

          non pas une voix            un simple écho

 

                       un écho sans voix aucune

 

et la clairière couleur de l’herbe

 

                                             sous la neige

 

69

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

on ne peut attendre ainsi

 

                           plus longtemps          quand

 

     l’heure est venue

 

                                   d’avancer

 

          à travers les broussailles

 

                                                         du temps

 

 

 

mais quand est-ce       quand

 

          et qu’est-ce qui est venu

 

 

 

vite maintenant ici maintenant toujours

 

 

 

Il faut être d’ici

 

       de cette terre glissante

 

            de ces arbres de ces branches en sang

 

                      pour avancer

 

 

 

Je suis ici        voyez mes mains blessées

 

                                                  mes branches gluantes

 

mais je ne suis pas d’ici

 

         vous entendez bien mon accent

 

                  je ne suis pas d’ici

 

 

70

 

 

 

la neige dessine le silence

 

     attire de toute part le regard

 

          vers le centre     l’absence

 

                         qui se dérobe

 

à force d’être blanche

 

            et silencieuse et nue

 

 

 

une seule pensée de neige

 

     suffit à remplir     en un instant

 

                    le ciel

 

sur les forêts les lacs les montagnes

 

     plane la nuit qui disperse sans trêve

 

          ses plumes

 

                         sur le monde

 

la nuit qui est noire et blanche

 

 

 

une lourde laine panse

 

                    les peines de l’hiver

 

comble les gorges sombres

 

               arrondit les moraines

 

 

 

entre les fleuves le lait des ondes

 

     nivelle racines     roches     ravines

 

                         sans ébranler une brindille

 

caresse longuement les cassures des falaises

 

     la chair rugueuse de la terre

 

 

 

sous l’attouchement furtif

 

                                             les pierres

 

     deviennent aussi douces

 

                                         qu’un naseau de chevreuil

 

 

 

il neige come en rêve

 

          la neige efface la neige

 

          allonge au loin les plaines

 

               les plaines d’avant toute mémoire

 

et sur les pentes bleues des monts

 

                                                            allège

 

            le poids des ombres

 

efface jusqu’au souvenir     jusqu’à l’ombre

 

     des souvenirs     des vieux chemins

 

            sentiers perdus     qu’il faisait bon suivre

 

                                                     les yeux éteints

 

 

 

dans les plis de la mappemonde

 

          tombe la rosée de minuit

 

quelque part un traîneau d’enfant

 

               écrit sur la neige une naïve phrase

 

                              d’aubépine

 

 

 

sur les cimes les abîmes sur l’hermine des collines

 

            s’éternise le signe de la neige

 

 

 

un duvet de lune

 

               habille les forêts

 

 

 

les odeurs de la terre

 

          la peau vermeille des fleurs

 

          la liqueur des plantes

 

les insectes de nos rêves les bêtes familières

 

                    fourrées d’angoisse

 

          dorment embaumées

 

               dans ce palais de cristal

 

 

 

et toute pensée toute douleur

 

          avec les pires blessures

 

                              celles qui suppurent

 

dans les cœurs que nous avons aimés

 

     les vieilles cicatrices noircies

 

                    comme des traces

 

                         qui font encore souffrir

 

sont mieux que guéries     transfigurées

 

                    sous la tendre sévérité

 

                                   de la neige

 

 

 

une lave limpide a recouvert

 

    l’herbe trop longue

 

          le feu des grands feuillages

 

mais le vent de nouveau s’éveille

 

               allume ses énigmes

 

                         ruines de l’ombre

 

 

 

une tapisserie de fables

 

          éblouit les murs du monde

 

 

 

et voile le secret de la clairière

 

          très loin au-delà du Nord

 

     au centre des forêts de l’âme

 

si ouvert     si offert     qu’aucune trace

 

                              aucun vestige

 

     ne pourront jamais s’y inscrire

 

 

 

et pas même un regard

 

     pas même une pensée

 

     pas même la Pensée de toute pensée

 

 

 

car amoureusement     elle se détourne

 

          comme on se détourne     par pudeur

 

                    d’une beauté trop grande

 

 

 

devant cette blancheur obscure    

 

          si blanche     si oubliée

 

     qui demeure en elle-même

 

                    pour toujours

 

                                              inconnue

 

 

 

la forêt à l’infini

 

               recouverte de son absence

 

          retient son souffle

 

 

 

et protège comme malgré elle

 

                                                  celle

 

                    dont elle a perdu le nom

 

 

 

nul pas     nul regard     nulle pensée

 

     et pas même la Pensée de toute pensée

 

          ô pudeur     ô secret abandonné

 

                                                  à la nuit

 

 

 

si blanche     si déserte et si blanche

 

          qu’elle existe au-delà même

 

                                                           de l’oubli  

 

 

 

 

 

 

                              clairière

 

 

Clairière,

Editions Desclée de Brouwer,1974   

Du même auteur : 

Le (26/11/2014)

Clairière (1 – 9) (26/11/2015)

L’aube (26/11/2016)

Le point du jour (26/11/2017)

Clairière (10 – 18) (26/11/2019)