Photo_Jean_Mambrino_prise_28_septembre_1994_0_730_486_1_

 

et là-bas toujours le cercle du soir

                                                         entre les arbres

          la clairière blanche

     le silence entre deux battements

               du temps     du corps immense

quand l’épaisseur des branches

          efface jusqu’au souvenir des montagnes

                    plus légères que les rêves

     où la mort pourtant chemine à l’infini

                         sur le chemin de ronde

 

la clôture des rayons

          que le jour dissimule

                et que nacre la nuit

le nid d’un éclair plus fragile

     que le cri de bonheur de ce petit enfant

          depuis longtemps oublié      

lorsqu’au bord du fourré

                                             il écarta les branches

le blanc que l’esprit traverse

     pour franchir l’estampe des apparences

          et découvrir     derrière la fumée

les mêmes montagnes mais différentes

          la même très fine forêt  

 

La même et différente

                         étrangement

     attentive sous le givre et la brume

aux métamorphoses de l’air blanc-obscur

autour des passages     des glissements

               d’une ouverture à une autre ouverture

     d’une vie à une autre vie

          la même et différente     jusqu’à l’

                    impossible lisière

 

mais il suffit d’écarter les branches

          et la clairière est là

               remplie par le lent crépuscule

     où il est facile de délier

                                             les lucioles     les regards

de s’effacer devant les souvenirs

                                                             du vent

          le vent sans souvenir qui efface la fuite

                               à l’infini du songe

 

pourquoi cette figure     mandala

                         de la carence

                                   qui achève

                    de la faille qui accomplit

 

le rideau des branches est retombé

     entre deux battements

                                        du temps     du corps immense

 

                la clairière est notre oubli

 

Clairière,

Editions Desclée de Brouwer,1974   

Du même auteur : 

Le (26/11/2014)

« la neige dessine le silence… » (26/11/2015)

L’aube (26/11/2016)

Le point du jour (26/11/2017)