jiri_sotola_10797_1_

 

Comment chasser le bonheur

II

 

On oublie les noms

on oublie le doux parfum d’un bébé de six mois,

on marche en rond, en rond, on cherche quelque chose qui n’est guère,

qui pourrait, devrait être, qui à l’évidence ne peut pas ne pas être,

une boule pointue, un mouvement perpétuel, un marbre irrigué de sang,

on ne pense en fait à rien d’autre, on marche jusqu’à l’épuisement,

ensuite avec varices, avec asthme,

puis couché sous une couverture d’hôpital,

on marche, on marche et on marche.

 

Traduit du tchèque par Petr Král

In, « Anthologie de la poésie tchèque contemporaine 1945 - 2000 »

Editions Gallimard (Poésie), 2002