hierro_color__1_

 

Enfant

 

Roi d’un chant de blé, d’une rivière, d’une vigne :

ainsi devra-t-il se rêver. Et libre. Maître

de soi, bûcher perpétuel où brûle la bûche

de la vérité. Et que l’amour l’enserre.

 

Il voudra monter jusqu’à voir le ciel apposer

des formes claires sur le bronze de son rêve.

Les ailes font défaut. Il se blessera dans son effort,

et fondra en larmes sur son front d’enfant.

 

Et il apprendra la vérité. Le chant mourra

dans sa gorge rouge, rouge de cette frayeur

qui entend et qui voit, goûte et touche et hume.

 

Et il étrennera son cœur lacéré

d’homme acculé, d’homme aux abois,

d’exécuté à l’instant de sa révolte.

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet

In, « Poésie espagnole. Anthologie (1945 – 1990) »

Actes Sud / Editions Unesco, 1995

Du même auteur :

Pas (25/04/2015)

Lamentation /Lamentación (25/04/2016)

La rencontre (25/04/2017)

« J’aimerais, ce soir... / Quisiera esta tarde... » (25/04/2019)

 

Niño

 

Rey de un trigal, de un río, de una viña:

así habrá de soñarse. Y libre. Dueño

de sí, hoguera perpetua en que arda el leño

de la verdad. Y que el amor lo ciña.

 

Querrá subir hasta que el cielo tiña

de claridad el bronce de su sueño.

Pero no hay alas. Se herirá en su empeño,

y llorará sobre su frente niña.

 

Y sabrá la verdad. Morirá el canto

en su garganta, roja del espanto

que oye y que mira y gusta y toca y huele.

 

Y estrenará su corazón rasgado

de hombre acosado, de hombre acorralado,

de ejecutado en cuanto se rebele.

 

Cuanto sé de mí

Ediciones Agora, Madrid, 1957

Poème précédent en espagnol :

José Gutiérrez : Paysage varié de l’amour / Vario paisaje del amor (03/02/2018)

Poème suivant en espagnol :

Miguel Angel Asturias: Litanies de l’exilé /Letanías del desterrado (06/05/2018)