6588201_9936705_1_

 

au matin neuf

quand l’astre se lève

 

chaque jour magnifiquement

presque comme le précédent

*

Terrasse

 

café noir en céramique verte

tasse où jouent ombres et lumières

les feuilles de mûrier

*

lézards électriques

mésanges plumes heureuses

mes anges gazouillent

et ta main gardienne

*

comme l’aube puis l’aurore

apparaissent

un sang neuf

circule en moi

*

mon sang cogne

 

ai envie de toi

 

l’araignée rousse

escalade l’air

*

aux clues je me baigne

grotte aria aperto

*

deux chiens perdus

s’arrêtent

 

le temps d’un casse-croûte

*

au lever du soleil

ce vert vermeil

émerveille

*

etc…

 

Revue « Ecriterres, N°2, Mai 1990 »

29720 Ploneour-Lanvern

Du même auteur :

Homme né en 1940 (11/03/2015)

 Les chants désespérés (10/03/2016)

Horoscope (11/03/2018)

Aux portes de la ville (11/03/2019)