1475_1_

 

Aube sur Valence

 

Ces rafales de mars dans les mansardes

du temps - vers la mer; la colombe

au plumage tournesol, les tulipes géantes

du jardin, et le soleil qui se découvre,

 

boule de feu dans la brume mauve,

et rend lumineuse la terre levantine...

bouillonnement de lait et d'argent, d'écume et d'azur,

et des voiles blanches sur la mer latine!

 

Valence aux printemps féconds,

pays de vergers fleuris et de rizières,

Heureux je suis, je veux chanter ton passé,

 

Toi qui dompte une large rivière dans tes canaux,

le dieu marin dans tes lagunes

et le centaure d'amour dans tes rosiers.

 

Traduit de l’espagnol par Jacinto-Luis Guereña

In, «  Anthologie bilingue de la poésie espagnole contemporaine »,

Editions Gérard et Cie (Marabout Université), Verviers (Belgique),1969

Du même auteur : Il y a eu crime dans Grenade / El crimen fue en Granada (08/12/2015)

 

Amanecer en Valencia

(Desde una torre).

 

Estas rachas de marzo, en los desvanes

- hacia al mar - del tiempo; la paloma

de pluma tornasol, los tulipanes

gigantes del jardin, y elsol que asoma,

 

bola de fuego entre morada bruma,

a iluminar la tierra levantina…

 

¡Hervor de leche y plata, añil y espuma,

y velas blancas en la mar latina!

 

Valencia de fecundas primaveras

de floridas almunias y arrozales,

feliz quiero cantarte como eras :

 

domando a un ancho río en tus canales,

al dios marino con tus albuferas,

al centauro de amor con tus rosales

 

 

La guerra (1936 -1937),

Editotial Espasa-Calpe, Madrid, 1937

Poème précédent en espagnol :

 José Agustín Goytisolo : J’invoque / Yo invoco (25/11/2016)