pe0290j0001v00[1]

L’Etranger

 

Car l’étranger dans la journée ne connaît pas la ville.

 

L’étranger la connaît le soir, quand elle dort.

 

Il repart au matin, l’air dur

de qui a cherché en vain.

 

Toi qui l’aimas un jour

quand tu le verras passer devant ta porte,

donne-lui un peu de l’ancienne tendresse.

 

Et pense après des années

que par ta vie un jour Ulysse est passé

 

Traduction de Michel Volkovitch

In Les Poètes de la Méditerranée, Anthologie.

Editions Gallimard (Poésie), 2010

 Du même auteur :

Tu entres au Pirée (06/07/2014)

« Mer en hiver... » (14/02/2019)