maeterlinck[1]

 

S’il revenait un jour

       Que faut-il lui dire ?

– Dites-lui qu’on l’attendit

       Jusqu’à s’en mourir...

Et s’il m’interroge encore

       Sans me reconnaître ?

– Parlez-lui comme une sœur,

       Il souffre peut-être...

Et s’il demande où vous êtes

       Que faut-il répondre ?

– Donnez-lui mon anneau d’or

       Sans rien lui répondre...

Et s’il veut savoir pourquoi

       La salle est déserte ?

– Montrez-lui la lampe éteinte
 

      Et la porte ouverte...

Et s’il m’interroge alors

       Sur la dernière heure ?

– Dites-lui que j’ai souri

       De peur qu’il ne pleure...

 

Douze chansons,

Editions Stock, 1896

 

Du même auteur :

« On est venu dire… » (09/06/2016)

 

Cloche à plongeur (29/12/2017)