23 novembre 2019

Rainer - Maria Rilke (1875 – 1926) : « Nul ne sait... »

  Nul ne sait, combien ce qu’il refuse, l’invisible, nous domine, quand notre vie à l’invisible ruse cède, invisiblement.   Lentement, au gré des attirances notre centre se déplace pour que le cœur s’y rende à son tour : lui, enfin Grand-Maître des absences.   Vergers suivi des Quatrains valaisans Editions Gallimard, 1926 Du même auteur : Naissance de Vénus / Geburt der Venus (23/11/2014) Nordsee, I (23/11/2015) Soir en Scanie / Abend in Skåne (23/11/2016) Deuxième élégie / Zweite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2018

Rainer - Maria Rilke (1875 – 1926) : « Ce soir quelque chose dans l'air... »

  Ce soir quelque chose dans l'air a passé qui fait pencher la tête ; on voudrait prier pour les prisonniers dont la vie s'arrête. Et on pense à la vie arrêtée...   À la vie qui ne bouge plus vers la mort et d'où l'avenir est absent ; où il faut être inutilement fort et triste, inutilement.   Où tous les jours piétinent sur place, où toutes les nuits tombent dans l'abîme, et où la conscience de l'enfance intime à ce point s'efface,   qu'on a le coeur trop vieux pour penser un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2016

Raoul Hausman (1886 - 1971) : Fleur bleue

      Fleur bleue (4 juin 1966)   Le poète se doit de dormir et de rêvasser dans une tour d’ivoire. Réfléchissez, combien de dents d’éléphants sont nécessaires pour bâtir une telle bâtisse. Pour être bien installé, il en faut quelques dix milles.   Le poète a besoin de s’allonger, de bien se soigner, car il ne doit jamais rien manger, il doit avoir constamment faim, autrement sa fantaisie ne fonctionne point.   Alors, toujours allongé au premier étage, le rez-de-chaussée serait trop... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :