artworks-Ugs0zzZIDCyv4YQF-2sUKNQ-t500x500[1]

 

Printemps triste

 

En la saison où tout est en fleur et feuillole,

Tous les amants courtois sont en grande liesse ;

Alors dans les vergers se promènent les couples

Aux charmants gazouillis des oisillons en chœur.

 

Tout noble damoiseau dès lors tombe amoureux

Et chacun à l’envi courtise son élue ;

Si chaque jouvencelle a le cœur en fête,

Moi, je ne suis qu’en pleurs et dans le désarroi.

 

Mon père m’a plongée dans le doute et l’angoisse,

Souvent il me harcèle et me fait bien souffrir,

Car il me veut donner mari contre mon gré.

 

Je ne désire point ni ne veux le mariage !

Aussi je vis sans cesse en proie à la détresse,

Sans que feuille ni fleur puissent me réjouir.

 

 

Traduit de l’italien par Sicca Vernier

in, « Poètes d’Italie. Anthologie, des origines à nos jours »

Editions de la Table Ronde, 1999

 

A la stagion che ‘l mondo foglia e fiora

acresce gioia a tut[ti fin’ amanti:

vanno insieme a li giardini alora

che gli auscelletti fanno dolzi canti;



la franca gente tutta s’innamora,

e di servir ciascun trag[g]es’ inanti,

ed ogni damigella in gioia dimora;

e me, n’abondan mar[r]imenti e pianti.



Ca lo mio padre m’ha messa ‘n er[r]ore,

e tenemi sovente in forte doglia:

donar mi vole a mia forza segnore,



ed io di ciò non ho disìo né voglia,

e ‘n gran tormento vivo a tutte l’ore;

però non mi ralegra fior né foglia.

Poème précédent en italien :

Dino Campana : Le soir de la foire / La sera di fiera (20/08/2022)