2c89425[1]

 

Le papillon bat des ailes

comme s’il désespérait

de ce monde

 

Traduit du japonais par Roger Munier

In, « Haïkus des quatre saisons »

Editions du Seuil, 2010

Du même auteur :

 « quiétude… » (04/02/2016)

« Première cigale… » (04/02/2017)

« Ah ! pouvoir être … » (04/02/2018)

« Un monde de douleurs... » (04/02/2019)

« Couvert de papillons... » (04/02/2020)