Evdokiya-Petrovna-Rostopchina-1-380x233[2]

 

Vous penserez à moi, mais il sera trop tard,

Vers mes steppes déjà je serai repartie ;

Pour longtemps, pour toujours, cachée à vos regards.

Mon image, soudain par l’absence éclaircie,

Vous penserez à moi, mais il sera trop tard.

 

Vous passerez devant la maison triste et vide,

Où vous trouviez toujours un chaleureux accueil

Et vous demanderez, arrêté sur le seuil :

« Elle n’est donc plus là ? » La calèche rapide

Vous emportant, à moi vous penserez trop tard !

 

 

Traduit du russe par Katia Granoff,

In, « Anthologie de la poésie russe »,

Editions Gallimard (Poésie), 1993

 

Вы вспомните меня когда-нибудь... но поздно!

Когда в своих степях далеко буду я,

Когда надолго мы, навеки будем розно —

Тогда поймете вы и вспомните меня!

Проехав иногда пред домом опустелым,

Где вас всегда встречал радушный мой привет,

Вы грустно спросите: «Так здесь ее уж нет?» —

И мимо торопясь, махнув султаном белым,

Вы вспомните меня!..

Poème précédent en russe :

Joseph Brodsky  /Иосиф Александрович Бродский : Elégie à John Donne /Большая элегия Джону Донну (29/04/2020)