AVT_Paol_Keineg_8596_1_

 

Quand j’étais jeune

Mes maîtres chaque matin

Me lavaient le cerveau

Je plaçais ma tête

Sous la bouche de la pompe

Et mes maîtres aimés

Me débarbouillaient le visage

Ils me grattaient le cerveau

A la brosse à chiendent

On me tenait par les bras

Parce qu’à cet âge-là

On n’aime pas la grande eau

A la maison je montrais fièrement

Mon cerveau propre à mes parents

Je courais rendre visite à nos voisins

Qui louaient ma propreté

Aujourd’hui tous les cerveaux sont propres

A cause des laveries automatiques.

 

Pa oan bihan

Va mistri bemdez

A walc’he va empenn

Lakaat a raen va fenn

Dindan beg ar sailh

Da disaotrañ va beg a ree

Va mistri karet

Skrabañ a raent va empenn

Gant ur broust-kagn

Dalch’het va divrec’h

Rak d’an oad-se

Ne blij ket an dour-red dezhañ

Gant lorc’h er ger e tiskouezen

D’am zud va empenn nêt

Bua ez aen da welout

Hon amezeien hag a veule

Ac’hanon evit bezañ ken prop

Ha prop  eo an holl empennoù hiriv an deiz

Abalamor d’ar mekanikoù otomatik.

 

Histoires vraies /Mojennoù gwir

Editions Pierre Jean Oswald, 1974

Du même auteur :

Hommes liges des talus en transe (09/01/2014)

Kerzaniel / Kerouzac’h / Penn ar menez (09/01/2015)

 « L’auge a poussé dans la muraille… » (09/01/2016)

 

Poème précédent en breton :

Per Jakez Helias:L’habitant-habité / An annezer annezet (11/06/2017)

Poème suivant en breton :

Anjela Duval : Dans le bois / Er c’hoad (22/03/2018)