Tsvetaeva[1]

 

Une fleur est accrochée à ma poitrine ;

Qui me l’a accrochée ? – Je ne sais plus.

Ma faim est insatiable

De tristesse, de passion, de mort.

 

Par le violoncelle, le grincement

Des portes et le tintement des verres,

Et par le cliquetis des éperons

Et le cri des trains de nuit –

 

Par le coup tiré de la chasse,

Par le grelot des troïkas –

Vous m’appelez, vous m’appelez,

Vous, que je n’aime pas !

 

Il est pourtant un délice :

J’attends celui qui le premier

Me comprendra enfin

Et tirera à bout portant.

220octobre 2015

 

Traduit du russe par Pierre Léon

In, « Le ciel brûle, suivi de Tentative de jalousie »

Editions Gallimard (Poésie), 1999

Du même auteur :

« Il me plaît que vous ne soyez pas fou de moi… » / Мне нравится, что вы больны не мной (11/01/2015)

Tentative de jalousie / Попытка ревности (26/07/16)

« De pierre sont les uns... / « Кто создан из камня... » (26/07/2018)

 

 

 

Цветок к груди приколот,

Кто приколол - не помню.

Ненасытим мой голод

На грусть, на страсть, на смерть.

Виолончелью, скрипом

Дверей и звоном рюмок,

И лязгом шпор, и криком

Вечерних поездов,

Выстрелом на охоте

И бубенцами троек -

Зовете вы, зовете

Нелюбленные мной!

Но есть еще услада:

Я жду того, кто первый

Поймет меня, как надо -

И выстрелит в упор.

 

Poème précédent en russe :

Joseph Brodsky /Иосиф АлександровичБродский : Passent les nuages / Проплывают облака (29/04/17)

Poème suivant en russe :

Vladimir VladimirovitchMaïakovski / Владимир Владимирович Маяковский : Christophe Colomb / Кристоф Коломб (28/08/2017)