AVT_Jacques_Roubaud_1154_1_

 

église des pins, …                                 [GO 39]

 

église des pins des grillons blancs de l’anis

quand je dormais coulait bas la lune attenante

je vois toutes les buées où j’écrivis du doigt

au carreau, je veux que ce soit janvier, jaunissent

des yeux rosés de la lumière lancinante

les murs de craie et les jardins cillant de froid

 

je saluais les tempes minces de la montagne

une crête de neige tendait ses antennes

fraîcheur invisibles remuée en fontaines

j’étais en Paradis, ah, j’étais en Cocagne

                   seule, l’eau, incertaine…

 

,

Editions Gallimard, 1967

Du même auteur :

 « Puisque je pense… »  (05/12/2014)

   « Lettre à Maria Gisborne » (05/12/2015)

Un jour de juin (05/12/2017)

« nuit ... » (05/12/2018)