basho_1_

 

Elles vont mourir

pourtant pas le moindre signe

le cri des cigales

 

Traduit du japonais par  Joan Titus-Carmel

In, Basho : « Cent-onze haïku »

Editions Verdier, 1998

Du même auteur : 

« Départ du printemps… » / 行春や鳥啼魚の目は泪 (11/08/2014)

« Usé par le temps… » (23/07/2017)

« Puissé-je à la rosée... » (16/07/2018)

« Des tréfonds de la pivoine... » (11/07/2019)