verlaine-paul[1]

 

             

                    Je ne sais pourquoi

                    Mon esprit amer

D’une aile inquiète et folle vole sur la mer.

                    Tout ce qui m’est cher,

                    D’une aile d’effroi

Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

 

 

          Mouette à l’essor mélancolique, 

         Elle suit la vague, ma pensée,   

       À tous les vents du ciel balancée,    

      Et biaisant quand la marée oblique,  

        Mouette à l’essor mélancolique.

 

 

                    Ivre de soleil

                    Et de liberté,

Un instinct la guide à travers cette immensité.

                    La brise d’été

                    Sur le flot vermeil

Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.

 

 

          Parfois si tristement elle crie

          Qu’elle alarme au lointain le pilote,

          Puis au gré du vent se livre et flotte

          Et plonge, et l’aile toute meurtrie  

        Revole, et puis si tristement crie !

 

 

                    Je ne sais pourquoi 

                   Mon esprit amer

D’une aile inquiète et folle vole sur la mer.

                    Tout ce qui m’est cher,

                    D’une aile d’effroi

Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

 

 

Sagesse

Société générale de librairie catholique, 1880

 

Du même auteur :

Le ciel est par-dessus les toits (25/05/2014)

Colloque sentimental (25/05/2015)

Chanson d’automne (17/05/2017)

L’Angoisse (17/05/2018)

« Le son du cor... » (17/05/2019)