angelglez[1]

 

Synesthésie

 

Absorbé et révérencieux

avec ses ailes fermées,

le papillon apprend

dans la prose odorante de la rose.

 

Ensuite, quand il les ouvrira,

il restituera au paysage

son parfum,

métamorphosé en couleurs.

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet,

In « Poésie espagnole. Anthologie 1945 – 1990 »

Actes Sud / Editions Unesco, 1995

Du même auteur : 

Monde inquiétant (18/05/2015)

Anniversaire d’Amour / Cumpleaños de amor (18/05/2017)

Ce sont les mouettes, mon amour / Son las gaviotas, amor.(18/08/2018)

Le vaincu / El derrotado (18/05/2019)

Qu’y pouvons-nous ? (18/05/2020)