54759e7956346_paul_jean_toulet[1]

 

L’immortelle, et l’œillet de mer

          Qui pousse dans le sable,

La pervenche trop périssable,

          Ou ce fenouil amer

 

Qui craquait sous la dent des chèvres,

          Ne vous-en souvient-il,

Ni de la brise au sel subtil

          Qui nous brûlait aux lèvres ?

 

Les Contrerimes

Editions du Divan, 1921

Du même auteur :  

En Arles ( 07/11/2014)

Le tremble est blanc (23/03/2017)

« Puisque tes jours ne t’ont laissé… »  (23/02/2018)

« Voici que j’ai touché... » (23/10/2019)