833117_7080417-lbljougallocon-b215a[1]

 

Langue bussonnière

 

J’ai pétri en patois les mots de tous les jours

Tantôt , à la reveyure, at’meriennée,

haout’houre

 

J’ai croqué en patois les saveurs du courtil

Meuletonnes et castilles, guerneouaiselles,

badies

 

J’ai humé en patois le sentiment des fleurs

Bonshommes et jalousies, pâques

et ramoneurs

 

J’ai goûté en patois le ciel et puis les vents

Le temps qui se cotit, les martiaous

et les buans

 

J’ai couru en patois par landes et roquets

Sente, venelles, cherrets, bussons

et échaliers

 

J’ai appris en patois la terre à mes genoux

Egariffiés, bousous, couèlés et bouillounoux

 

J’ai souri en patois au réconfort des fouées

Ribaoudies en émouettes, beluettes

et brouzillées

 

C’est encore en patois que j’ai ouï les diries

Qui me disaient la vie, le saïr es filoiseries

 

Et l’on aurait voulu m’arracher tous ces mots

Edroler tous ces jiets, émaouner mon pillot

 

C’est toujours  en patois que j’alause ma terre

Que je huche mes joies et vomis mes colères

 

 

*

Lexique gallo-français

 

busson : talus qui borde un champ, buisson

tantôt : à bientôt, à plus tard

à la reveyure : à la prochaine occasion de se voir

at’meriennée : à ce début d’après-midi

haout’houre : à l’heure haute, en approchant de midi

meuletonne : variété de prune, reine-claude

castille : groseille

guerneouaiselle : groseille à maquereaux

badie : cerise

sentiment : odeur

bonhomme : jonquille

jalousie : œillet de poète

pâque : primevère

ramoneur : giroflée

se cotir : se casser, changer brusquement (en parlant du temps)

martiaous : grêlons

buan : brouillard

roquet : chemin escarpé

venelle : chemin creux

cherret : chemin à charrettes

échalier : petite barrière permettant de passer les buissons au coin

     des champs

égariffié : égratigné

couèlé : sali

bouillonnoux : couvert de boue

foué : feux

ribaoudié en émouettes : feu pétillant

beluette : étincelle

brouzillée : forte flambée

filoiserie : veillée

édroler : détacher de la tige principale

jiet : rejet, nouvelle pousse d’une plante

émanouer : meurtir

pillot : chiffon ; par comparaison, désigne la lande

alauser : vanter

 

 

  

In, Revue « Hopala, N°12, Novembre 2002 – Février 2003 »

Association Hopala !,  29470 Plougastel-Daoulas

Poème précédent en gallo : 

Bertran Ôbrée : En Automne / Enn Aotonn (28/09/2014)