200px-Ronan_Huon[1]

 

Les écluses

 

   Les grandes écluses sont rompues !

 

   Les eaux jaunes entraînent les limons du fond des rivières,

les joncs  et les roseaux des prés naguère somnolents où

les troupeaux paisibles, la bave aux lèvres, venaient boire,

   Les libellules n’irons plus tournoyer autour d’eux, ni se

reposer sur les tiges,

   Les eaux sont agitées et l’araignée agile, fragile n’y fait

plus de glissades par les chaudes après-midi

   Elles ont perdues leurs amoureux nonchalants

  

   C’est le vent qui parle, accourez !

   Les eaux ont grossi,

   Et en bouillonnant, elles ont rompu les écluses séculaires

de leur prison.

   Les blés poussent plus beaux.

   Dans les arbres les bourgeons éclatent une seconde fois.

   Un océan de champs jaunes s’étale, étouffant l’ivraie et

les maubaises herbes.

 

   Les écluses sont rompues.

 

   Et voilà que tout à coup se tait à mon oreille le grondement des

eaux !

   Voilà que les champs cessent tout à coup de déferler à mes yeux.

   Serait-ce que les bourgeons naissants ne frémissent plus ?

   Les grandes écluses sont rompues.

 

   Non ! Les écluses séculaires sont toujours là noyées dans leur

pousssière d’écume.

   C’était un rêve.

   Et les libellules font toujours la cour aux joncs.

   Non, hélas, c’était un rêve, les écluses ne sont pas rompues.

   Il n’y a pas de vent, le ciel est calme, le roseau ne bouge pas,

Les hommes dorment, comme avant, comme avant, hélas !

 

Traduit du breton par Yann- Ber Piriou

In, « Défense de cracher par terre et de parler breton : poèmes de

combat, 1950-1970 »

Editions Pierre-Jean Oswald, Honfleur, 1971

 

Ar skluzioù

 

   Ar skluzioù bras a zo freuzhet !

 

   An doureier melen a gas gante limouz don ar sterioù, broenn

ha korz ar pradoù bet morgousket hag e-lec’h ma eve, sioul,

an tropelloù babouzek.

   An nadozioù-der n’aint ket mui da droiellat war o zro, na da

ziskhuizhañ war o c’horzennoù.

   An  dourioù a zo dispac’het hag ar c’hemener dilu ha bresk eo

echu e rikladennoù warne, en endervezhioù gor.

   Amourouzien landrennek an dourioù n’eus mui anezhe.

 

   An avel eo a gomz, diredit !

   An dourioù a zo koeñvet,

   hag en ur vourbouilhat o deus freuzhet skluzioù kantvedel

o c’harc’har.

   Emañ an edoù o tiwan kaeroc’h.

   Er gwez e tarzh un eil broñsadur.

   Mor ar parkoù melen a ‘n em zispak o vougañ dreog ha louzoù.

   Ar skluzioù a zo freuzhet.

 

   Ha setu a greiz-holl ma tav d’amskouarn soroc’h an doureier!

   A-greiz-holl ma tav d’am sell ar parkeier o tiruilhal.

   Daoust hag ar broñsoù o c’henel ne zaskrenont ket mui?

   Ar skluzioù bras a zo freuzhet.

 

   Nann ! Ar skluzioù kantvedel a zo bepred eno

   e poultrenn o spoum beuzet.

   Un huñvre e oa.

   Hag an nadozioù-aer a ra bepred o lez d’ar broenn.

   Nann, un huñvre e oa, ar skluzioù, siwazh, n’int ket freuzhet !

  

   N’eus avel ebet, sioul eo an oanl, arc’horz ne fiñv tamm.

   An dud a zo kousket, evel kent, evel kent siwazh !

Poème précédenten breton :

Guy Etienne  : « Un ramier…/ Un dube… » (01/05/15)

 

Poème suivant en breton :

Roparz Hemon : La grande jalousie d’Emer /Gwarizi vras Emer (23/09/2015