29 novembre 2019

Gérard Le Gouic (1936 -) : Ici

      ICI   Ici quand la mer se retire on reste sans force on se sent tout à coup vieillir et prisonnier de l’île comme d’un coffre   Ici les îliens vivent l’horizon à hauteur du cœur, des blessures de mer dans les mains.   Ici le jour devance la montée du soleil comme si la lumière était un brouillard de mer ou les franges de l’île.   Ici la mer en hiver s’habille en bretonne : de velours noir de blanches dentelles.   Ici le sel et la lumière la mer, les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2019

Fabienne Courtade (1957 -) : « Nuits / d’une noirceur à l’autre... »

  Nuits d’une noirceur à l’autre quel lambeau furtif   quel instant infime retombe nuit gravat      d’autres nuits ou bien les mêmes   replis foule qui passe se répète aubes aux lignes   lointaines nuits     sur quoi sur qui     viennent et s’érigent ces mêmes levers blancs morts vifs     aux anges des murs où avions-nous buté mille fois sans jamais plus arrêter   Nuits foules qui passe lorsque se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2019

Jean Mambrino (1923 – 2012) : Clairière (19 – 28)

    Clairière   19 au centre exact de la clairière une fois par millions d’années la lumière toute se condense  dans l’étincelle d’un papillon   20 si proche du promeneur de l’exil rêvant familière autant qu’une image   à demi effacée   elle demeure toujours à ciel ouvert à ciel offert à peine enveloppée par le lin du jour   lieu de la surprise et dépliement presque invisible en sa douceur c’est là que l’errant avec stupeur découvre sur une pierre le graal plein... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2019

Alphonse Esquiros (1812 – 1876) : « Comme le grand lion de la ménagerie... »

  Comme le grand lion de la ménagerie, Captif au mois de mai dans des barreaux de fer, Crispant son front terrible et sa face amaigrie, Jette superbement sa chevelure en l'air,   Lorsque le vent du sud aux haleines plus lentes, Comme un souffle sorti du sein de Caliban, Apporte, vers le soir, dans le Jardin des Plantes, Le parfum résineux du cèdre du Liban,   Moi, dans cette saison où renaît le bocage, Soulevant vers le ciel ma tête avec fierté, Je rugis quand je sens pénétrer dans ma cage ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Kamal Ibrahim (1942 -) : La mort viande

  Mes morts portent des bas Mes terres se tuent pour un plaisir Mes mains m’écoutent enfin Je mange un mètre de stupeur         Je mère avec l’obscur Un doigt que colombe la mort Je reste avec le bruit Je larve mon cri D’un temps qui neige au ralenti Je verse l’ici Je père mon sexe rajeuni         A chaque venin L’entendre terre Près du froid qui a mis un lac Dans la femme disais-je A double sang Vers la chose qui s’étoile   Tu as pris un ventre à l’amour ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 novembre 2019

Richard Rognet (1942 -) : Elégie pour le temps de vivre (IV)

  Elégie pour le temps de vivre (IV)   Ecoute la voix lointaine qui achève tes rêves, dévale avec le soleil qui soliloque entre les pierres déposées au flanc de la montagne, on ne sait vraiment quand ni pourquoi, parce que le temps ne soutient aucune parole – ô tes paroles où rode et roule ta vie !   ta vie auprès des oiseaux, des prés rassurés par une pluie d’été, des branches apparemment solides, pourtant jetées à terre par un coup de vent malencontreux, ta vie que l’année dernière tu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2019

Voltaire (1694 – 1778) : Le loup moraliste

  Le loup moraliste               Un loup, à ce que dit l’histoire, Voulut donner un jour des leçons à son fils,           Et lui graver dans la mémoire, Pour être honnête loup, de beaux et bons avis. « Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage, A l’ombre des forêts vous passez vos jours ; Vous pourrez cependant avec de petits ours Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge. Contentez-vous du peu que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2019

Joyce Mansour (1928 – 1986) : « Les vices des hommes... »

  Les vices des hommes Sont mon domaine Leurs plaies mes doux gâteaux J’aime mâcher leurs viles pensées Car leur laideur fait ma beauté.   Cris Editions Seghers, 1953 De la même autrice : Bleu comme le désert (21/01/2014)  Le téléphone sonne (21/01/2015) Chant arabe (21/01/2016) Pericoloso sporgersi (21/01/2017) Trous noirs (21/02/2018) La cuirasse (127/11/2020)
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 novembre 2019

Jean – Pierre Abraham (1936 – 2003) : « Elle ouvre la porte... »

  Elle ouvre la porte Se penche Laisse couler de ses doigts Le chat dans la nuit   Compère qu’as-tu vu ? Editions Le temps qu’il fait, 1993   Du même auteur : Poète foutu (16/11/2018)
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2019

Jean Malrieu (1915 – 1976) : Levée en masse

  Levée en masse   Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté, Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel, Je t’en prie, Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent, Soit celui qui marche sur la mer. Donne-nous l’orage de demain.   Les hommes meurent sans connaître la joie. Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.   Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre. Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :