POSTE_1968_21_1_

 

Litanies du verbe

 

Que la lumière soit

 

Mots jaillis de la bouche du Verbe / première,

Mots datant du principe du monde

Mots qui se courent après depuis le cri divin

Mots transformés au cours de l’être humain

Mots des campagnes, des forêts, des phénomènes et des éléments...

Mots de l’enfant vers le lait de sa mère

Mots du coq droit vers le cœur de l’Aurore, (du Levant)

Mots des clochers qui nous dispensent l’heure,

Mots des becs sur les branches

Mots des châteaux et des chaumières

Mots de la vierge à son amour

Mots de l’Aïeule à son rouet

Mots des cadavres entre les planches

Mots des brebis à l’herbe tendre

Mots des grains d’or en la main du semeur

Mots de la vigne aux talons du pressoir

Mots de la rame dans la lame

Mots de la brise et de la pluie

Mots du sourire, mots des larmes

Mots de souffrance, mots d’espoir

Mots du mineur à son charbon / filon

Mots du marin à l’âme de sa voile

Mots du paysan à sa charrue

Mots du soleil et de la nuit

Mots du poète à son étoile

Mots suspendus à la grappe des strophes,

Mots en épis sur les sillons

Mots des écrits qui sont des livres

Mots des vieux parchemins qui furent des moutons

 

Mots qu’on ne voudrait jamais avoir dits,

Mots qu’on voudrait dire toujours,

Mots qui ne sont pas nés encore,

Mots qui ne sont pas encore défunts,

Mots péchés, mots vertus,

Mots qui sont des poisons, des parfums, des couleurs, des refrains, des statues

Mots-prisons, chapelles, cathédrales

Mots qui crient, mots qui tuent,

Mots des odes, des hymnes, des tragédies,

Mots des prophètes à la foule,

Mots d’évangile et d’anathème,

Mots du Sepulchre et du chef-d’Oeuvre,

Mots des esclaves à la meule

Mots de la hache sur / dans les arbres,

Mots sur la croix, mots sous la roue,

Mots forçant les barreaux en cris de liberté,

Mots des peuples sur deux côtés de la frontière,

Mots des héros dans la bataille,

Mots des clamants (déclamant dans le désert les gloires et les catastrophes)

Mots en clous d’or aux frontispices de l’Histoire

Mots apparus sur la muraille,

Mots des buissons ardent sur les montagnes fraîches

Mots des idées qui bercent les nuées,

Mots du sombre tonnerre à la langue d’éclair

Mots stridents et fauves dans la jungle,

Mots des armés de métal qui se cassent entre elles comme des objets

Mots en morceaux dans les colonnes millénaires,

Mots des forces du Temps à cheval sur le Vent,

Mots des volcans qui crachent vers l’Azur,

Mots des Ancêtres de loin ressuscités au fond des orgues de la Terre ;

Mots des Dieux inconnus domptés par le Dieu connu,

Mots des saisons, des déluges, des apocalypses, des suprêmes Jugements.

 

Oraison

 

    Ô mots, tous les mots, blancs, verts, bleus, jaunes, rouges, noirs, du gouffre

et de la cime, tous les mots semblables et contraires, unissez-vous en frères de

la primitive famille de la phrase originelle. Laissez-vous cueillir comme on fait

pour les fleurs. Laissez-vous récolter comme on fait pour les fruits. Acceptez

que de tous on compose une gerbe d’amour évoquant le long serpent aux longs

anneaux d’éternité, que par vous il remonte entre les lèvres demeurées au seuil

de l’Aurore Première.

    Parmi la misère farouche du siècle en folie, ô mots de la Nature, du Mystère,

de l’Humanité, mots émanés du Verbe qui fit la Lumière Physique, mots depuis

en refuge dans les gorges des êtres et des failles des choses, reconstituez-vous

dans une équivalente énergie, capable d’extraire cette fois, du fond de la

Ténèbre envahissante, une lumière Morale aux rayons tout fleuris de la

fraternité. Condensez-vous, Mots redivinisés, dans la bouche d’un être unique

fait de tout et de tous, et, par Lui, nous tous ensemble, parmi cette heure

sombre où nos âmes s’égarent aveugles, clamons, pour un magique éveil de

l’entière Beauté, clamons en retour, éperdument, nous les infiniment petits de

l’infiniment grand, nous les atomes, nous les hommes, nous les monstres, nous

les efforts et les génies épars de l’Univers, clamons à notre tour dans les

oreilles d’Or de l’Avenir par cette bouche formidable de l’espoir qui deviendra

la nôtre, la phrase initiale du Semeur universel :

    - Que la lumière soit !!! »

 

La Besace du solitaire

Editions Rougerie, 87330, 2000

Du même auteur :

Les litanies de la mer (04/03/2014) 

Roscanvel (04/03/2015)

Les Vieilles du hameau (0403/2016)

Dialogue marin (04/03/2017)

« Océan / Divinité de houles… » (04/03/2018)

Pour dire aux funérailles des poètes (04/03/2019)