mangke_1_

 

Vent à fleur d’eau

 

Le vent à fleur d’eau

laisse une odeur

masculine

monte sur la rive

ruisselle se presse

vers l’ombre verte

malgré son extrême langueur

et là se pare d’un vêtement

s’arrête se retourne

et l’onde apaisée

découvre sa gorge tendre

nénuphars

sur le point d’éclore

ne sont-ils pas

turgescents

gonflés

de désirs

 

Traduit du chinois par Chantal Chen-Andro

In, "Le Ciel en fuite. Anthologie de la nouvelle poésie chinoise"

Editions Circé, 2004

Du même auteur :

Le temps sans le temps (20/02/2015)

Poème de l’offrande à l’automne (20/02/2016)

Crépuscule (20/02/2018)

Terre gelée (20/02/2019)