589154306870650792_391x398_220[1]

 

Poème de l’offrande à l’automne

 

Récolte

L’automne furtif est venu sur mon visage

J’ai mûri

 

Labeur

Comme font toutes les charrettes à cheval

Je tirerai le soleil dans les champs de blé

 

Enfance

Route sur laquelle je me suis perdu autrefois

 

Regarder au loin

Tout du passé

Est indiscutablement vrai

 

Réverbères

Lumière ordonnée

Ténèbres ordonnées

Choix

Le mieux serait

Dans un lieu désertique

D’installer ma vie

Alors

J’accueillerais toutes les cultures

Dans mon champ

 

Traduit du chinois par Chantal Chen-Andro

In, "Le Ciel en fuite. Anthologie de la nouvelle poésie chinoise"

Editions Circé, 2004

 

Du même auteur :

Le temps sans le temps (20/02/2015)

Vent à fleur d’eau (20/02/2017)

Crépuscule (20/02/2018)

Terre gelée (20/02/2019)