51MH1TRK77L

Le veilleur

 

Le vent n’a pas assez traversé assez de pays

Essoufflé d’oiseaux  émondé de branches

La vague n’a pas assez roulé

Il manque un grain de sable au désert

Il manque un jour de plus à la terre

Un peu de poids dans le nuage

Encore une ravine au visage

Encore une lettre à l’alphabet

 

A minuit

Dans les rues désertes si le fantôme mendiant de la neige vient à passer

Ne ferme pas ta porte. Même de lui l’espérance va renaître.

Les rennes dessinés sur les rochers se rassembleront

Et viendront rafraîchir une soif de pierre sur les vitres

Les fleurs de givre donneront enfin des graines.

 

Préface à l’Amour.

Les cahiers du Sud, 1953

 

Du même auteur :

Saison dorée (14/11/2015)

Nuit d’herbe (14/11/2016)

La joie (14/11/2017)