12 mai 2020

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : Spleen

  Spleen   LXXVI   J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans.     Un gros meuble à tiroirs encombrés de bilans, De vers, de billets doux, de procès, de romances, Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances, Cache moins de secrets que mon triste cerveau. C'est une pyramide, un immense caveau, Qui contient plus de morts que la fosse commune. - Je suis un cimetière abhorré de la lune, Où comme des remords se traînent de longs vers Qui s'acharnent toujours sur mes morts les plus... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2019

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : L’Invitation au voyage

  L’Invitation au Voyage          Mon enfant, ma sœur,      Songe à la douceur D’aller là-bas vivre ensemble !      Aimer à loisir,      Aimer et mourir Au pays qui te ressemble !      Les soleils mouillés      De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes      Si mystérieux      De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2018

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : Les bijoux

 Les bijoux   La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur, Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores, Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Mores.     Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur, Ce monde rayonnant de métal et de pierre Me ravit en extase, et j'aime à la fureur Les choses où le son se mêle à la lumière.     Elle était donc couchée et se laissait aimer, Et du haut du divan elle souriait d'aise A... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2017

Charles Baudelaire (1821 – 1867 ) : La vie antérieure

Caricature par Sébastien Charles Giraud   La vie antérieure     J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux, Et que leurs grands piliers, droits et majestueux, Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.     Les houles, en roulant les images des cieux, Mêlaient d'une façon solennelle et mystique Les tout-puissants accords de leur riche musique Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.     C'est là que j'ai vécu dans les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2016

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : La chevelure

Photographie de Charles Nadar, 1855   La chevelure    Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure ! Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir ! Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure Des souvenirs dormant dans cette chevelure, Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !     La langoureuse Asie et la brûlante Afrique, Tout un monde lointain, absent, presque défunt, Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique ! Comme d'autres esprits voguent sur la musique, Le mien, ô mon amour ! nage... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2015

Charles Baudelaire (1821 – 1867) : Le voyage

Photographie de Charles Nadar   Le Voyage  À Maxime Du Camp                                  I    Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,  L'univers est égal à son vaste appétit.  Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !  Aux yeux du souvenir que le monde est petit !   Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,  Le coeur gros de rancune et de désirs amers,  Et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2014

Charles Baudelaire (1821 - 1867) : parfum exotique

    Photogtaphie d'Etienne Carjat, vers 1862   Parfum exotique   Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne, Je respire l'odeur de ton sein chaleureux, Je vois se dérouler des rivages heureux Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;   Une île paresseuse où la nature donne Des arbres singuliers et des fruits savoureux ; Des hommes dont le corps est mince et vigoureux, Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne.   Guidé par ton odeur vers de charmants climats, Je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :