13 août 2018

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Blues du troisième baiser

  Blues du troisième baiser   Elle était presque la première et j’ai voulu l’appeler Eve. Elle m’appelait Peugeot car j’étais son 306 ème. Quelques années nous séparaient – elle les avait en plus – et jusque-là je n’avais jamais fait de stop dans des voitures qui n’arrêtaient pas. Nous étions debout près de la haie de l’école agricole et sous nos pieds on pouvait entendre comment dans les tuyaux d’arrosage l’eau adoucissait un secret à la terre. « Si tu plantes un fer à cheval, disait-elle, dans un an un... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2017

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Albanie, vers la citadelle Kruja

  Albanie, vers la citadelle Kruja A Ukzenel Bucpapa   Le jus qu’on va tirer des feuilles sera l’encre verte dont je me servirai pour décrire les oliviers sur le chemin vers la citadelle. Ici ils ne sont pas plantés comme des cartes de visite que Noé avait éparpillées après le déluge, c’est un souvenir du prince Scanderberg qui, au quinzième siècle, avait ordonné à tous les nouveaux mariés de planter dix arbres au nom de leur amour. Les canons de l’histoire, pour embellir le langage, ne se sont jamais tus... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2016

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק Bloody Mary

  Bloody Mary   Et la poésie est une fille à gangsters sur le siège arrière d’une voiture américaine. Ses yeux sont appuyés comme une gâchette et le révolver de      ses cheveux tire les balles platinées qui dévalent jusqu’à sa gorge. Mettons qu’elle s’appelle Mary, Bloody Mary et les mots se pressent hors de sa bouche comme le jus du      ventre de la tomate qu’on a auparavant drôlement arrangée sur l’assiette à salade. Elle sait que la grammaire est la police de la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 août 2015

Ronny Someck (1951 -) / רוני סומק : Un chiffon brodé. Poème sur Oum Kalsoum

  Un chiffon brodé. Poème sur Oum Kalsoum   Elle avait une robe de soie noire et les marteaux de sa voix enfonçaient des clous d’acier dans un coude posé sur la table du café de la place Strouma. « J’ai accoutumé mes yeux à te voir et s’il t’arrivait un jour de ne pas venir, ce jour s’effacerait de ma vie. » Je suis venu et j’ai effacé avec une éponge un aigle géant    dessiné à la craie sur un morceau de nuage. Sous ses ailes flottaient un chiffon brodé que le cuisinier de la base... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :