04 septembre 2018

Erwann Rougé (1954 -) : « Si je fermais les yeux... »

  Si je fermais les yeux, que la toile ne soit plus entièrement la toile, mais l’ouvert, le rouge redoutable. L’empreinte serait espace, le corps devenu proie. Et non seulement en raison du froid, mais de l’attente apprise avec ses hâtes, ses piétinements.     La nuit, voir défait très lentement, dévore les ombres que l’on n’explique pas.   Extrait de « Ce que garde ce que garde l’éclair » Gérard Venturelli, peintre  In, « Revue Ecriterres, N°2, Mai 1990 » 29720... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2017

Erwann Rougé (1954 -) : Puis ce ralenti

    Puis ce ralenti   7 Vois, les jours sont tombés partout, se sont éparpillés autour.   Et toujours, - quelques lignes –   cette peine absurde de dire : - je continuerai –   la fragilité des choses fascine   - plus lointaine-   8 Marche, ne t’inquiète pas   l’air est doux acide sur ton ventre   quand le soleil se renverse est-ce toi ? la robe unique   qui se retire, les yeux humides, ouverts.   9 J’ai vu la vague lécher les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :