10 avril 2018

Jacques Réda (1929 -) : « Quand montant de la porte d’Orléans… »

             Quand montant de la porte d’Orléans on arrive à peu près au milieu de l’avenue du Maine, il y a ce replat vaste où le ciel s’enfle et roule sans peser plus qu’une bulle contre la Tour. Encore moins de  cinquante mètres et la ville se reconstitue , on le sait depuis toujours. Mais le savoir ne change pas grand-chose, s’en assurer non plus : quelques pas en arrière et de nouveau c’est l’extrême limite, l’interruption de tout au bord d’un néant lumineux.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2017

Jacques Réda (1929 -) : Pluie du matin

  Pluie du matin   Je rassemble contre mon souffle  Un paysage rond et creux qui me précède  Et se soulève au rythme de mon pas. La rue  Penche, brisée en travers des clôtures.  Le jour qu'on ne voit pas lentement se rapproche,  Poussé par les nuages bas,  Décombres fumants de l'espace.  Des cafés à feux sourds restent ancrés à la périphérie  Où roulent des convois, la mer  Sans fin dénombrant ses épaves.  Je tiens ce paysage contre moi,  Comme un panier... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 avril 2016

Jacques Réda (1929 - ) : Aux environs

  Aux environs   A cette heure où comme avant le jour tout redevient calme et bleu, j’ai le regret des champs et forêts qui devaient être si proches, de l’endroit où cessaient dans la boue et l’herbe les gros pavés. Après quoi le chemin roulait entre des carrés bleus de légumes, sous les branches presque nues et basses des vergers bleus, les mêmes nuages comme des chapeaux glissant aux ras des vignes, le même ciel s’avançant en personne par les fourrés (je veux dire une vraie personne que l’on salue), comme dans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 avril 2015

Jacques Réda (1929 - ) : Elégie de la petite gare

Elégie de la petite gare   Même quand je serai plus vieux, ou si la mort me pince, Je t’attendrai dans ces quartiers des gares de province Qui sont identiques partout : des villas, des jardins Avec des haricots, des lis et des tas de rondins Autour de hangars dispersés dans la plate étendue Où n’apparaît jamais au loin que la flèche perdue De Sainte-Quelque-chose dont le retable est fameux, Ou souvent rien : le proche est nul, les lointains sont fumeux, Le nom de la localité suppose une rivière, Mais où... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :