10 février 2020

Octavio Paz : Elégie ininterrompue / Elegía interrumpida

  Elégie interrompue   Aujourd’hui je me souviens des morts de chez nous. On n’oublie jamais le premier mort même s’il meurt comme un éclair, si vite qu’il n’arrive pas jusqu’à son lit – les saintes huiles. J’entends le bâton hésiter sur une marche, le corps qui se cramponne à un soupir, la porte qui s’ouvre, le mort qui entre. D’une porte à la mort il entre si peu d’espace, il reste à peine le temps de s’asseoir, de lever la tête pour regarder l’horloge et constater : huit heures et quart.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2019

Octavio Paz (1914 – 1998) : La fille et le printemps / Primavera y muchacha

  La fille et le printemps        Sur sa tige de chaleur se balance      La saison indécise                                         Là-bas      Un grand désir de voyage agite      Les entrailles glacées du lac      Des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2018

Octavio Paz (1914 – 1998) : Source

 Source   Parle laisse tomber une parole Bonjour j'ai dormi tout l'hiver et maintenant je me réveille Parle           Une pirogue glisse vers la lumière Une parole légère avance à pleines voiles Le jour a la forme d'un fleuve Sur ses rives brillent les plumes de tes chants Douceur de l'eau dans l'herbe endormie Eau claire voyelles à boire Voyelles pour garnir un  front des chevilles Parle           Touche... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2017

Octavio Paz (1914 – 1998) : Hymne parmi les ruines / Himno entre ruinas

  Hymne parmi les ruines   Couronné de lui-même le jour étend ses plumes. Cri jaune si haut levé, jet brûlant au centre du ciel, impartial et salutaire ! Les apparences sont belles dans leur vérité instantanée. La mer escalade la côte, prend appui entre les roches,  éblouissante araignée; la blessure violacée du mont resplendit, une poignée de chèvres est un troupeau de pierres; le soleil pond son œuf d’or et se répand sur la mer. Tout est dieu. Statue brisée, colonnes mangées de lumière, ruines... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2016

Octavio Paz (1914 - 1998) : Pierres de soleil / Piedra de sol

    Pierres de soleil                                                                      La Treizième revient... C’est encor la première, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 janvier 2015

Octavio Paz ( 1914 – 1998) : L’avant du commencement / Antes del Comienzo

L’avant du commencement   Bruits confus, clarté incertaine. Un autre jour commence. C’est une chambre dans la pénombre et deux corps étendus. Dans mon front je me perds en une plaine désertée. Maintenant les heures aiguisent leurs couteaux. Mais à mon côté tu respires ; très aimée et éloignée tu coules et ne bouges pas. Inaccessible si je te pense, te palpe avec les yeux, te regarde avec les mains. Les rêves nous séparent et le sang nous réunit : Nous sommes un fleuve de battements. Sous tes paupières mûrit ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :