10 septembre 2017

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 -) : Cartographie de la lumière

  Cartographie de la lumière   La lumière est aux aguets partout Cachée dans les veines du vent. Au fond des yeux de l’aube l’ancienne prisonnière Dans les sentiers rudes et obscurs de la mer Ou le crépuscule des cyprès qui seuls additionnent les morts Et mieux que personne résistent au déchirement de l’éclat Dans les cloîtres des confins. Tandis que le volcan qui soudain tressaille Terrifie la bête assoiffée qui cherche dans les genêts de la rosée Puis l’éclat descendu de très haut.   Traduit du grec... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2016

Stratis Pascalis / Στρατής Πασχάλης (1958 - ) : Première pluie

  Première pluie   L’automne est entré dans la maison comme une femme qui tient une lampe allumée.   (Dehors il commence à pleuvoir.)   Timide elle pose la lumière sur la table et sort sans bruit, paysanne sentant le thym et l’olivier mouillé.   Traduit du grec par Michel Volkovitch In « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie" Editions Gallimard / Cultures France (Poésie), 2010 Du même auteur : Préhistoire (10/07/2014) « Hauts paysages de l’ascension… » (10/09/15) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2015

Stratis Pascalis /Στρατής Πασχάλης (1958 - ) : « Hauts paysages de l’ascension… »

      Hauts paysages de l’ascension, ciels penchés, mystère    éclatant le soir venant je vous ai vus à la jointure entre déclin  et    triomphe.   L’amertume du temps retombait, pénombre violette,    lorsqu’ aux lointains de la terre une lumière vespérale    parut, un spectre de lumière plutôt, par-dessus la ligne des collines    et des vignes, lumière verte cuivrée, sans but, sans cause, de bon augure,    comme quand s’ouvre une... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2014

Stratis Pascalis /Στρατής Πασχάλης (1958 - ) : Préhistoire

Préhistoire   Ils ont ouvert la porte et nous sommes entrés comme des anges dans la maison d'Abraham où des peaux de mouton frisées et des cornes de bouc pendaient aux murs blanchis.   Près d'un ancien four, volcan éteint à l'ombre de la treille ils ont apporté des raisins très noirs du fromage frais et l'agneau ont déposé le fructueux message à nos pieds puis ont disparu comme s'ils étaient les envoyés de Dieu et nous les desséchés, les désertiques.   Traduit du grec par Michel Volkovitch In... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :