06 novembre 2017

Pierre Oster (1933 - ) : « Le ciel sur les hauteurs… »

    Le ciel sur les hauteurs a l'éclat d'une rose qu'on cueille. Le vent siffle, murmure. Une plume d'oiseau tombe de feuille en feuille. Et, sans un mot, dès le matin, je me lève et j'adresse mes pas Vers un jardin que je connais, que le soleil n'ignore pas ! L'herbe est moins noire. C'est le jour. C'est l'ultime gelée. J'offre ma bouche vide à la nuit qui fut vaine et salée ! Le vent m'incite à tout sentir comme un triomphe ou comme un don, À me confondre avec le jour, puisque le jour est bon, Puisque... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 novembre 2016

Pierre Oster (1933 -) : Les Morts

  Les Morts   … Au faîte de pommiers que les bouquets du gui parsèment, Une dernière étoile allumera des reflets sur les parois du matin, Me condamne à fouler l’herbe infertile en  inter- rogeant les mares. Un astre, et qui vers nous descend, que nous révérons, vénérons, L’étoile du Berger… des vergers… Vénus aux pentes sombres Touche, en deçà du soleil, des pommiers sur- chargés de gui ! Les branches craquent, proche des haies, s’entrecroisent, s’entrelacent. J’entends, dans la conque des mois, surgir... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 octobre 2015

Pierre Oster (1933 - ) : « Du plus loin que je viens… »

  Du plus loin que je viens, du plus loin que je  me souvienne, C’est un murmure en moi, c’est un cheminement qui ne se      lasse jamais. C’est une source où nous pressentons le modelé de tant de      visages. Et les roseaux qu’un souffle agite ont de souples reflets noirs. L’automne brille, qui fut sans hâte. Il contourne, il attaque,      il crève Les nervures de chaque feuille…Avant de fendre jusqu’au sol, D’engendrer dans les plis de l’hiver la... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :