04 mai 2019

Henri Michaux (1889 – 1984) : Le grand combat

  Le grand combat A R.M. Hermant   Il l’emparouille et l’endosque contre terre ; Il le rague et le roupète jusqu’à son drâle ; Il le pratèle et le libucque et lui barufle les ouillais ; Il le tocarde et le marmine, Le manage rape à ri et ripe à ra. Enfin il l’écorcobalisse.   L’autre hésite, s’espudrine, se défaisse, se torse et se ruine. C’en sera bientôt fini de lui ; Il se reprise et s’emmargine... mais en vain Le cerceau tombe qui a tant roulé. Abrah ! Abrah ! Abrah ! Le pied a failli ! Le bras a... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2018

Henri Michaux (1889 – 1984) : L’époque des illuminés

  L’époque des illuminés        Quand le crayon qui est un faux frère ne sera plus un faux frère.    Quand le plus pauvre en aura plein la bouche, d’éclats et de vérité.    Quand les autos seront enterrées pour toujours sur les bords de la route.    Quand ce qui est incroyable sera regardé comme une vérité de l’ordre de « 2 et 2 font 4 ».    Quand les animaux feront taire les hommes par leur jacasserie mieux comprise et inégalable. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mai 2017

Henri Michaux (1889 – 1984) : Emportez-moi

  Emportez-moi   Emportez-moi dans une caravelle, Dans une vieille et douce caravelle, Dans l’étrave, ou si l’on veut dans l’écume, Et perdez-moi, au loin, au loin.   Dans l’attelage d’un autre âge. Dans le velours trompeur de la neige. Dans l’haleine de quelques chiens réunis. Dans la troupe exténuée de feuilles mortes.   Emportez-moi sans me briser, dans les baisers, Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent, Sur les tapis des paumes et leur sourire, Dans les corridors des os longs et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
22 mai 2016

Henri Michaud (1899 -1984) : Contre !

  Contre !   Je vous construirai une ville avec des loques, moi ! Je vous construirai sans plan et sans ciment  Un édifice que vous ne détruirez pas, Et qu'une espèce d'évidence écumante  Soutiendra et gonflera, qui viendra vous braire au nez,  Et au nez gelé de tous vos Parthénons, vos arts arabes et de vos Mings.    Avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard  Et du son de peaux de tambour, Je vous assoirai des forteresses écrasantes et superbes, Des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mai 2015

Henri Michaux (1889 – 1984) : Arriver à se réveiller

Arriver à se réveiller        La nuit me laisse cadavre.      Il faut le ranimer.      Pourtant, ce n’est pas l’impression d’un corps mort que j’ai le matin.      Si l’on pouvait m’apercevoir alors conformément à mes impressions, j’apparaîtrais comme une mer de nuages, une mer globuleuse de masses de flocons, immense objet qui confine sans doute à la stratosphère.      Tout nuage que je suis, je ne laisse pas de me rendre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mai 2014

Henri Michaux (1889 - 1984) : "Mais Toi, quand viendras - tu?"

    Mais Toi, quand viendras-tu ? Un jour, étendant Ta main Sur le quartier où j’habite, Au moment mûr où je désespère vraiment ; Dans une seconde de tonnerre, M’arrachant avec terreur et souveraineté De mon corps et du corps croûteux De mes pensées-images, ridicule univers ; Lâchant en moi ton épouvantable sonde, L’effroyable fraiseuse de Ta présence, Elevant en un instant sur ma diarrhée Ta droite et insurmontable cathédrale ; Me projetant non comme homme Mais comme obus dans la voie verticale, TU... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :