27 octobre 2019

Jean Joubert (1928 – 2015) : « Asseyez-vous, peuples de loups ... »

  Asseyez-vous, peuples de loups, sur les frontières et négociez la paix des roses, des ruisseaux, l'aurore partagée. Que les larmes, les armes s'égarent dans la rouille et la poussière. Que la haine crachée soit bue par le soleil. La terre ouvre sa robe de ténèbres, sa nudité enchante les oiseaux, le jour se fend comme fille amoureuse. Sous un ciel ébloui viennent alors après tant de saccage les épousailles de la terre et du feu, le temps des sources, des naissances. Après le sang, la traîtrise et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2018

Jean Joubert (1928 – 2015) : « Ainsi je fus... »

  Ainsi je fus, dans cette nuit d'exil, prison et prisonnier et lueur à la fissure, indéchiffrable signe en moi-même gravé,   exilé dans mon corps, dans ce fuseau de pierre, oisif et prisonnier de lianes et de nerfs, aveugle, traversant une secrète nuit   de bêtes enlacées, d'insectes et de dards, où s'effrite la pierre, où s'usent le regard et la bouche et le coeur à des limes funèbres,   m'alourdissant de tous mes songes, terrassé par des meutes sorties de l'eau, dont les abois ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2017

Jean Joubert (1928 – 2015) : « A l’aube… »

    XII A l’aube s’est levé                                                                       Les sables sont déserts ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2014

Jean Joubert ( 1928 - 2015 ) : « Et nous vivrons sous le silence de la neige… »

Et nous vivrons sous le silence de la neige, corps à corps, bouche à bouche, suspendus dans le cristal d’invincibles feuillages. Et les jours glisseront, les astres, les soleils, jour après jour, nuit après nuit, et les années s’amasseront en robes sombres à nos pieds. Des arbres, des enfants naîtront de cette mort, d’autres mains dénouées de l’herbe de nos mains, des ailes bougeront entre nos bras déserts. Nous verrons s’effacer,  très loin sous nos fenêtres, de petits gestes gris, des yeux bavards, des ombres bues... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :