07 décembre 2017

Alain Jégou (1948 – 2013) : « marcher sur des chemins provisoires… »

  à Armande   marcher sur des chemins provisoires pavés de coquillages brisés de gamberges inabordées parce qu’inabordables lasse le gris froid qui plisse entre les lèvres et la morsure du silence comme sable où le sang s’infiltre négligemment un jour est nécessaire d’amour des mots qui portent les yeux à l’ébloui de l’autre des errances qui s’improvisent sous les caresses de l’autre et tous deux d’étreintes à pleins corps ébahis pour des étés à se lécher le cœur alors qui comme nous demeurent sur cette... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 décembre 2016

Alain Jégou (1948 – 2013) : Toull Lech’id

  Toull Lec’hid        Un grand soleil flambant neuf monte de la terre. Vif, chatoyant, écarlate, gorgé de vie et de plaisir. Rond et chaud. Rebondi, épanoui. Beau comme un cul de femme.   Passe Ouest suivi de Ikaria LO 686070 Editions Apogée, 35000 Rennes, 2007 Du même auteur :  « Sans forfanterie aucune… » (29/09/2014)  « Coincées entre la coque et le vivier … » (07/12/2015) « marcher sur des chemins provisoires… » (07/12/2017)     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2015

Alain Jégou (1948 – 2013) : « Coincées entre la coque et le vivier … »

       Coincées entre la coque et le vivier, les couchettes s’imbibent et mouillent leur paillasse à chaque coup de roulis. Les paquets de mer et les embruns roublards, s’immiscent, pénètrent partout, sous les cirés, les vareuses, les pulls, les jeans et les sous-vêtements, s’écoulent le long des corps transis, assiègent le poste-avant, glissent sur les barrots de pont, imprègnent allègrement les duvets, les couvertures, les frusques de rechange et les taies bricolées.      Trempées,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2014

Alain Jégou (1948 – 2013) : « Sans forfanterie aucune… »

  "J'ai été témoin / j'ai souffert / j'étais là" Walt Whitman        Sans forfanterie aucune, ni usage d’artifices ou de clichés calqués, seulement présents dans le vif de l’action, avec juste notre fatras de peau, de frusques et de sentiments à la con, plus une plume ou un crayon pour croquer les traits de la situation.      Sans la ramener bésef pour paraître plus affranchis ou cadors que nous le sommes en réalité. Être là, morfler et essayer de témoigner. Transmettre le scoop... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :