06 octobre 2017

Michel Houellebecq (1956 -) : « Le jour monte et grandit… »

  Le jour monte et grandit, retombe sur la ville Nous avons traversé la nuit sans délivrance J'entends les autobus et la rumeur subtile Des échanges sociaux. J'accède à la présence.   Aujourd'hui aura lieu. La surface invisible Délimitant dans l'air nos êtres de souffrance Se forme et se durcit à une vitesse terrible ; Le corps, le corps pourtant, est une appartenance.   Nous avons traversé fatigues et désirs Sans retrouver le goût des rêves de l'enfance Il n'y a plus grand-chose au fond de nos sourires, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2016

Michel Houellebecq (1958 - ) : « Mon corps est comme un sac… »

  Mon corps est comme un sac traversé de fils rouges Il fait noir dans la chambre, mon œil luit faiblement, J’ai peur de me lever, au fond de moi je sens Quelque chose de mou, de méchant, et qui bouge.   Cela fait des années que je hais cette viande Qui recouvre mes os. La couche adipeuse, Sensible à la douleur, légèrement spongieuse. Un peu plus bas il y a un organe qui bande.   Je te hais, Jésus-Christ, qui m’a donné un corps Les amitiés s’effacent, tout s’enfuit, tout va vite, Les années glissent et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2015

Michel Houellebecq (1956 - ) : Fin de soirée

  Fin de soirée   En fin de soirée, la montée de l’écoeurement est un phénomène inévitable. Il y a une espèce de planning de l’horreur. Enfin, je ne sais pas ; je pense. L’expansion du vide intérieur. C’est cela. Un décollage de tout événement possible. Comme si vous étiez suspendu dans le vide, à équidistance de toute action réelle, par des forces magnétiques d’une puissance monstrueuse.   Ainsi suspendu, dans l’incapacité de toute prise concrète sur le monde, la nuit pourra vous sembler longue. Elle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2014

Michel Houellebecq (1956 - ) : « Est-il vrai … »

Est-il vrai qu’en un lieu au-delà de la mort  Quelqu’un nous aime et nous attend tels que nous sommes ?  Des vagues d’air glacé se succèdent sur mon corps ;  J’ai besoin d’une clef pour retrouver les hommes.     Est-il vrai que parfois les êtres humains s’entraident  Et qu’on peut être heureux au-delà de treize ans ?  Certaines solitudes me semblent sans remède ;  Je parle de l’amour, je n’y crois plus vraiment.     Quand la nuit se précise au... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 22:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :