09 octobre 2017

Jose-Maria de Heredia (1842 – 1905) : Armor

  Armor   Pour me conduire au Raz, j'avais pris à Trogor  Un berger chevelu comme un ancien Evhage ;  Et nous foulions, humant son arôme sauvage,  L'âpre terre kymrique où croît le genêt d'or.     Le couchant rougissait et nous marchions encor,  Lorsque le souffle amer me fouetta le visage ;  Et l'homme, par-delà le morne paysage  Étendant un long bras, me dit : Sell euz ar-mor (1) !     Et je vis, me dressant sur la bruyère rose,  L'Océan qui,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 août 2016

José – Maria de Heredia ( 1842 – 1905) : La sieste

  La sieste     Pas un seul bruit d'insecte ou d'abeille en maraude, Tout dort sous les grands bois accablés de soleil Où le feuillage épais tamise un jour pareil Au velours sombre et doux des mousses d'émeraude.   Criblant le dôme obscur, Midi splendide y rôde Et, sur mes cils mi-clos alanguis de sommeil, De mille éclairs furtifs forme un réseau vermeil Qui s'allonge et se croise à travers l'ombre chaude.   Vers la gaze de feu que trament les rayons, Vole le frêle essaim des riches... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mai 2015

José Maria de Heredia (1842 - 1905) : Maris stella

Maris stella    Sous les coiffes de lin, toutes, croisant leurs bras  Vêtus de laine rude ou de mince percale,  Les femmes, à genoux sur le roc de la cale,  Regardent l'Océan blanchir l'île de Batz.   Les hommes, pères, fils, maris, amants, là-bas,  Avec ceux de Paimpol, d'Audierne et de Cancale,  Vers le Nord, sont partis pour la lointaine escale.  Que de hardis pêcheurs qui ne reviendront pas !   Par-dessus la rumeur de la mer et des côtes  Le chant plaintif... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mai 2014

José Maria de Heredia (1842 - 1905) : Les conquérants

Les conquérants   Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal, Fatigués de porter leurs misères hautaines, De Palos de Moguer, routiers et capitaines Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal. Ils allaient conquérir le fabuleux métal Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines, Et les vents alizés inclinaient leurs antennes Aux bords mystérieux du monde Occidental. Chaque soir, espérant des lendemains épiques, L'azur phosphorescent de la mer des Tropiques Enchantait leur sommeil d'un mirage doré ; Ou... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 19:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :