01 septembre 2019

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Le grand midi

  Le grand midi        Puis le soleil, ce seul royaume. Qui était la terre d’enfance, qui l’est si simplement. Tout ce temps blessé, pour en venir au secret du sel qu’une île porte. C’est grande ambition de vouloir qualifier le temps. Chacun ne fait que tendre cet espace en lui, où se résume son mot, où sa lumière bruit.      J’ai vu mon île sur son autan. Le sel du poème à la fin dépose dans la terre, qui s’alentit.   I        Doux beau... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2018

Edouard Glissant (1928 – 201) : Pays

  Pays   Là où pays et vents sont de même eau intarissable Devant qu’oiseaux eussent toué villes et bois J’ai tendu haut ce linge dénudé, la voix de sel Comme un limon sans fond ni diamant ni piège bleu   * A cet empan où toute lave s’émerveille de geler Devenant être, et elle prend parti d’un pur étant Là où pays et sang se mêlèrent au demeurant J’ai grandi dans l’armure où consumaient les treize vents   * Ata-Eli vieux songe d’âme et nue Où les autans si las s’énamourèrent Nous avons pris main... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2017

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Versets

  Versets   1      Qui voit la mort, il ne sait pas les poivriers sertissant d’or      Ce haut livre de cimes où prend le fleuve son étal, ni ô mystère      Sur le sable, les coqs, dormeurs inattendus.        C’est le sable d’azur semé de sable noir, c’était la larme      Qu’hier nous enterrions sur le rivage, près des voiles mortes.      Et les gommiers, rêves du vent, de voiles vives, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2016

Edouard Glissant (1928 – 2011) : L’œil dérobé

  L’œil dérobé à Jean-Jacques Lebel, nilotique   PRESENTATION        Le Nil, fleuve du temps. Leçon du temple de Kom-Ombo, où estime au mieux cette chirurgie calée dans la pierre, désignant ses instruments et son rituel, qui servit à restituer au dieu Horus son œil, non moins rituellement énucléé par un autre dieu. Images de l’œil qui marche, ou qui verse un pleur en sillage. Le langage de l’eau n’est perçu qu’en écho, dru comme feuille d’étain. Les cartouches de pierre livrent leur... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2015

Edouard Glissant (1928 – 2011) : Le premier jour

  Le premier jour   I    La boue des mornes descend rougir les coutelas. Présence, ô flots ! Un homme en son discours régit les brumes des flambeaux, il voit    L'image qu'ont levée sa poitrine, ses mots. Il noue la nuit parmi les cannes et les eaux. Il dit l'argile sur le corps, et puis ce mot.    Il crie.      Je fus en ce pleurer, où j'écoutais la nuit.   II    Temps anciens. Temps nubiles. Trouées d'espaces. Mâts !    Le premier sel... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2014

Edouard Glissant (1928 – 2011) : « La forêt subitement hurle à la vie… »

         La forêt subitement hurle à la vie. Les étoiles, rôdeuses, envahissent les écluses. Vivante ô vivante, reine. Tes pieds vont le chemin, manguiers abandonnés. Ta peau retournée est un labour rouge. Vivante        ô vivante mon matin de prairie, toi ma nuit de prairie violée au combat des taureaux. Tu as glissé dans l’eau les halètements de ta silhouette coupée de verre. Au gué la plage noire le sable noir des caresses. Dans l’astre bel astre de tes mains.... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :