19 mai 2019

Paul Eluard (1895 – 1952) : A perte de vue dans le sens de mon corps

  A perte de vue dans le sens de mon corps   Tous les arbres toutes leurs branches toutes leurs feuilles L’herbe à la base des rochers et les maisons en masse Au loin la mer que ton œil baigne Ces images d’un jour après l’autre Les vices les vertus tellement imparfaits La transparence des passants dans les rues de hasard Et les passantes exhalées par tes recherches obstinées Tes idées fixes au cœur de plomb aux lèvres vierges Les vices les vertus tellement imparfaits La ressemblance des regards de permission... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mai 2018

Paul Eluard (1895 -1952) : « Je te l’ai dit pour les nuages… »

  Je te l’ai dit pour les nuages Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles Pour les cailloux du bruit Pour les mains familières Pour l’œil qui devient visage ou paysage Et le soleil lui rend le ciel de sa couleur Pour toute la nuit bue Pour la grille des routes Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles Toute caresse toute confiance se survivent   Revue « Chantiers, N° 4, Avril 1928 » ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2017

Paul Eluard (1895- 1952) : Novembre 1936

  Novembre 1936   Regardez travailler les bâtisseurs de ruines Ils sont riches patients ordonnés noirs et bêtes Mais ils font de leur mieux pour être seuls sur terre Ils sont au bord de l'homme et le comblent d'ordures Ils plient au ras du sol des palais sans cervelle.   * On s'habitue à tout Sauf à ces oiseaux de plomb Sauf à leur haine de ce qui brille Sauf à leur céder la place.   * Parlez du ciel le ciel se vide L'automne nous importe peu Nos maîtres ont tapé du pied Nous avons oublié... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2016

Paul Eluard (1895-1952) : La mort, l'amour, la vie

  La mort, l'amour, la vie J’ai cru pouvoir briser la profondeur l’immensité Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges Comme un mort raisonnable qui a su mourir Un mort non couronné sinon de son néant Je me suis étendu sur les vagues absurdes Du poison absorbé par amour de la cendre La solitude m’a semblé plus vive que le sang Je voulais désunir la vie Je voulais partager la mort avec la mort Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie Tout effacer qu’il... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2015

Paul Eluard (1895 – 1952) : Nuits partagées

  Nuits partagées        Au terme d’un long voyage, je revois toujours ce corridor, cette taupe, cette ombre chaude à qui l’écume de mer prescrit des courants d’air pur comme de tous petits enfants, je revois toujours la chambre où je venais rompre avec toi le pain de nos désirs, je revois toujours ta pâleur dévêtue qui, le matin, fait corps avec les étoiles qui disparaissent. Je sais que je vais encore fermer les yeux pour retrouver les couleurs et les formes conventionnelles qui me permettent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2014

Paul Eluard (1895- 1952) : l' Aventure

      L’AVENTURE   Prends garde c’est l’instant où se rompent les digues C’est l’instant échappé aux processions du temps Où l’on joue une aurore contre une naissance   Bats la campagne Comme un éclair Répands tes mains Sur un visage sans raison Connais ce qui n’est pas à ton image Doute de toi Connais la terre de ton cœur Que germe le feu qui te brûle   Que fleurisse ton œil Lumière.   Paul Eluard, Man Ray, Les Mains libres, chez Jeanne Bûcher,1937   Du même... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :