20 octobre 2018

Tristan Corbière (1845 – 1875) : Petit mort pour rire

  Petit mort pour rire   Va vite, léger peigneur de comètes ! Les herbes au vent seront tes cheveux ; De ton oeil béant jailliront les feux Follets, prisonniers dans les pauvres têtes...     Les fleurs de tombeau qu'on nomme Amourettes Foisonneront plein ton rire terreux... Et les myosotis, ces fleurs d'oubliettes...     Ne fais pas le lourd : cercueils de poètes  Pour les croque-morts sont de simples jeux,  Boîtes à violon qui sonnent le creux...  Ils te croiront mort -... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2016

Tristan Corbière (1845 -1875 ) : Epitaphe

  Epitaphe        Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la  fin la fin en sera que les amoureuxet autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a  ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2015

Tristan Corbière (1845 – 1875) : La pastorale de Conlie

La Pastorale de Conlie Par un mobilisé du Morbihan    Moral jeunes troupes excellent. OFF.  Qui nous avait levés dans le Mois-noir - Novembre -                Et parqués comme des troupeaux Pour laisser dans la boue, au Mois-plus-noir - Décembre -                Des peaux de moutons et nos peaux !   Qui nous a lâchés là :... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mai 2014

Tristan Corbière (1845 - 1875) : La Fin

            La Fin Oh ! combien de marins, combien de capitaines Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, Dans ce morne horizon se sont évanouis !... ………………………………………………………………………..   Combien de patrons morts avec leurs équipages ! L'ouragan de leur vie a pris toutes les pages Et d'un souffle il a tout dispersé sur les flots ! Nul ne saura leur fin dans l'abîme plongée... ……………………………………………………………….. Nul ne saura vos noms, pas même une humble pierre Dans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :