27 décembre 2019

Louis Brauquier (1900 – 1976) : « Nous avons marché côte à côte ... »

    Nous avons marché côte à côte dans les rues de tant de villes Que parfois dans notre silence je m’éveille Et me demande, une seconde, où je suis.   Hélas ! Ce n’est pas la rue de la Douane, à Malmousque, Ni celle des Pharaons dans la blanche Alexandrie, Ni toutes celles des ports ou des villes dans les terres Que nous regrettons, bien sûr, puisqu’elles sont le passé.   Mais tu es là, près de moi, dans la foule étrangère, Où, seul, je me serais si facilement perdu ; Et je te tiens par le... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2018

Louis Brauquier (1900 – 1976) : La mer mauvaise

  La mer mauvaise   J’aime entendre la pluie tomber sur la campagne, Le tonnerre lointain, le silence mouillé.     J’aime entendre la nuit vivre endormie ;                                                            ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2017

Louis Brauquier (1900 – 1976) : Pluie

  Pluie   Elle se pose, couvre la terre, la pénètre Doucement – aussitôt ses racines s’émeuvent – Puis touche les formes nubiles du printemps.   Silence bienheureux des végétations, Inondées d’un plaisir, lent à naître, où s’ébranlent, Dans l’ombre, vers le jour, les sèves délivrées.   * Elle         s’enfonce                           hésite... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2016

Louis Brauquier (1900 -1960) : « J’ai la nostalgie d’une plaine d’herbes... »

    A François et Suzanne de Fortis I J’ai la nostalgie d’une plaine d’herbes, Je regrette confusément de petits chevaux, Des camps levés dans de tristes matins glaciaires, Des fleuves traversés qui n’avaient pas de noms, Les marches forcées vers des villes à coupoles, Et des villages blancs défendus par des pieux.   Je regrette mes voisins, les compagnons de la horde, Et plus que tout celui qui vivait près de moi, Celui dont le genou touchait mon genou nu, Celui dont j’entendais le souffle et dont... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2015

Louis Brauquier (1900 – 1976) : Attentes

Attentes   L’homme qui se guette au portillon de la gare, Et n’arrive jamais.                               Il reviendra demain. * L’homme qui croit qu’il est en prison, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :