13 juin 2018

Yves Bonnefoy (1923 – 2016) : Deux barques

  Deux barques     L'orage qui s'attarde, le lit défait, La fenêtre qui bat dans la chaleur Et le sang dans sa fièvre : je reprends La main proche à son rêve, la cheville A son anneau de barque retenue Contre un appontement, dans une écume, Puis le regard, puis la bouche à l'absence Et tout le brusque éveil dans l'été nocturne Pour y porter l'orage et le finir. - Où que tu sois quand je te prends obscure, S'étant accru en nous ce bruit de mer. Accepte d'être l'indifférence, que j'étreigne A l'exemple... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2017

Yves Bonnefoy (1923 - 2016) : Le myrte

  Le Myrte     Parfois je te savais la terre, je buvais Sur tes lèvres l’angoisse des fontaines Quand elle sourd des pierres chaudes, et l’été Dominait haut la pierre heureuse et le buveur.   Parfois je te disais de myrte et nous brûlions L’arbre de tous tes gestes tout un jour. C’étaient de grands feux brefs de lumière vestale, Ainsi je t’inventais parmi tes cheveux clairs.   Tout un grand été nul avait séché nos rêves, Rouillé nos voix, accru nos corps, défait nos fers. Parfois le lit... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2016

Yves Bonnefoy (1923 - 2016 ) : L’été de nuit

    L’été de nuit   I Il me semble, ce soir,   Que le ciel étoilé, s'élargissant, Se rapproche de nous ; et que la nuit, Derrière tant de feux, est moins obscure.   Et le feuillage aussi brille sous le feuillage.  Le vert, et l'orangé des fruits mûrs, s'est accru,  Lampe d'un ange proche ; un battement  De lumière cachée prend l'arbre universel.   Il me semble, ce soir. Que nous sommes entrés dans le jardin, dont l'ange A refermé les portes sans retour. II ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juin 2015

Yves Bonnefoy (1923 -2016 ) : Théâtre

Théâtre   I Je te voyais courir sur des terrasses, Je te voyais lutter contre le vent, Le froid saignait sur tes lèvres.   Et je t’ai vue te rompre et jouir d’être morte ô plus belle Que la foudre, quand elle tache les vitres blanches de ton      sang.   II    L’été vieillissant te gerçait d’un plaisir monotone, nous méprisions l’ivresse imparfaite de vivre,      « Plutôt le lierre, disais-tu, l’attachement du lierre aux pierres de sa nuit :... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 10:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
03 juin 2014

Yves Bonnefoy (1923 - 2016) ) : "Que saisir sinon qui s'échappe..."

Que saisir sinon qui s´échappe,       Que voir sinon ce qui s´obscurcit, Que désirer sinon qui meurt, Sinon qui parle et se déchire ? Parole proche de moi Que chercher sinon ton silence, Quelle lueur sinon profonde Ta conscience ensevelie, Parole jetée matérielle Sur l´origine et la nuit ?   Du mouvement et de l'immobilité de Douve, Editions du Mercure de France,1953   Du même auteur :  Théâtre (03/06/20 15)  L’été de nuit (13/06/2016) Le myrte (13/06/2017) Deux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :