20 octobre 2019

Rémi Belleau (1528 – 1577) : « Pendant que votre main docte ... »

  Pendant que votre main docte, gentille et belle, Va triant dextrement les odorantes fleurs Par ces prés émaillés en cent et cent couleurs, Par le sacré labeur de la troupe immortelle ;   Gardez qu’Amour tapi sous la robe nouvelle De quelque belle fleur n’évente ses chaleurs, Et qu’au lieu de penser amortir vos douleurs, D’un petit trait de feu ne vous les renouvelle.     En recueillant des fleurs la fille d’Agenor Fut surprise d’Amour, et Proserpine encor ; L’une fille de roi, l’autre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2017

Rémy Belleau (1528 – 1577) : Le désir

  Le désir   Celuy n'est pas heureux qui n'a ce qu'il désire,  Mais bien-heureux celuy qui ne désire pas  Ce qu'il n'a point : l'un sert de gracieux appas  Pour le contentement, et l'autre est un martyre.     Désirer est tourment qui bruslant nous altère  Et met en passion ; donc ne désirer rien  Hors de nostre pouvoir, vivre content du sien,  Ores qu'il fust petit, c'est fortune prospère.     Le Désir d'en avoir pousse la nef en proye  Du corsaire, des... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2016

Rémi Belleau (1528-1577) : « Baise-moi donc, ma sucrée… »

  (…)  Baise-moi donc, ma sucrée,  Mon désir, ma Cythérée,  Baise-moi mignonnement,        Serrément,    Jusques à tant que je die :  Las ! je n’en puis plus, ma vie,  Las ! mon Dieu, je n’en puis plus !  Lors ta bouchelette retire,  Afin que mort je soupire,  Puis me donne le surplus.      Ainsi, ma douce guerrière,  Mon cœur, mon tout, ma lumière,  Vivons ensemble, vivons,   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2015

Rémi Belleau (1528 – 1577) : « Si tu veux que je meure… »

  Si tu veux que je meure entre tes bras, m’amie Trousse l’escarlatin(1) de ton beau pelisson(2) Puis me baise et me presse et nous entrelaçons Comme, autour des ormeaux, le lierre se plie.   Dégrafe ce collet, m’amour, que je manie De ton sein blanchissant le petit mont besson(3) : Puis me baise et me presse et me tiens de façon Que le plaisir commun nous enivre, ma vie.   L’un va cherchant la mort aux flancs d’une muraille En escarmouche, en garde, en assaut, en bataille Pour acheter un nom qu’on... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :