13 janvier 2022

Jean / Hans Arp (1887 - 1966) : Cuis-moi un tonnerre

  Cuis-moi un tonnerre   Arrose-moi la lune. Brosse-moi les dents de mes échelles. Transporte-moi dans ta valise de chair sur mon toit d’os Cuis-moi un tonnerre. Enferme-moi les tremblements de terre dans une cage et cueille-moi un bouquet d’éclairs. Coupe-toi en deux et mange une de ces moitiés. Ejacule-toi en l’air plus fier que les jets d’eau de Versailles. Brûle-toi roule-toi en boule. Sois une boule au rire archaïque qui roule autour d’une pilule. Tire toutes tes langues aux roses. Donne tes langues aux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2021

Jean / Hans Arp (1887 – 1966) : Quatre poèmes

  Poèmes   1 les rois coiffent les forêts brandissent les oiseaux grisés et vont aux thermes      sur leurs cannes en fer les bêtes en croissance dansent sur des cothurnes en verre les troncs d’arbres se font leurs oiseaux sur mesure les oiseaux flagellés perdent tout leur sang dans la collonade   2   les fouets claquent et des montagnes descendent les ombres bien coiffées des      bergers les œufs noirs et les grelots des fous tombent des arbres les orages... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2020

Jean / Hans Arp (1887 - 1966) : Joie noire

  Joie noire   les fleurs sont noires de joie le ciel est beau comme une flamme je m’envole pour une journée de fleur voulez-vous volez avec moi   voulez-vous une journée d’éclair voulez-vous une fleur comme un ciel voulez-vous des fleurs comme des éclairs voulez-vous un ciel de flamme   qui vole au-dessous de moi vous belle journée de fleur qui vole au-dessus de moi vous belle flamme noire de joie   In, Georges-Emmanuel Clancier : « De Rimbaud au surréalisme » Pierre... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2019

Jean / Hans Arp (1887 – 1966) : Place blanche

  Place blanche   Cette matinée ne place sur mon chemin que des bibelots de la mort. Ce sont des objets futiles, des photographies fanées, des flacons vides, des coquilles ramassées à la mer, un miroir qui reflétait la sérénité, la pureté, la gaieté calme, la clarté que      l’inéluctable ombre a englouti. Je suis envoûté par ces objets, qui appartenaient à des personnes mortes depuis longtemps. Des gestes se détachent de ces objets comme des vapeurs mates, comme des couronnes d’haleine. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :